Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Odonto-Stomatologie tropicale - 1ère revue dentaire internationale panafricaine - Plus d'informations

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


BOUCEBCI Mahfoud (1937- 1993)

Mahfoud BOUCEBCIMahfoud BOUCEBCI est né le 22 novembre 1937 à Miliana.
Après des études de médecine puis de psychiatrie à Nice, il rentre à Alger en 1967 où il poursuit une carrière hospitalo-universitaire. Il passe son agrégation en 1972 et part au CHU d'Oran où il exercera pendant 2 ans, puis revient à Alger pour être nommé professeur, chef de service de psychiatrie à la clinique « Les Oliviers ».

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

La participation multiforme du corps médical algérien à la révolution

Avant d’évoquer les différents types d’activités assumés par le corps médical algérien pendant la guerre d’indépendance, nous devons faire quelques remarques préliminaires.
Quand nous parlons de corps médical, cette dénomination englobe médecins, pharmaciens, dentistes, étudiants en médecine et paramédicaux diplômés ou non, dont l’activité a été solidaire et inséparable...

> Consulter toutes les rétrospectives

Editorial


La médecine opératoire selon Charles Sédillot

Professeur Larbi Abid - Algérie - Février 2019

Pour tous les médecins et chirurgiens, jeunes et moins jeunes, qui ont exercé à l’hôpital Mustapha d’Alger, le terme « Sédillot » fait nécessairement référence à la clinique chirurgicale B (CCB par opposition à (CCA) où ont exercé deux grands maitres de la chirurgie algérienne postindépendance : les professeurs El Hadi Mansouri et Ali El Okbi. D’ailleurs cette clinique porte actuellement le nom de Ali El Okbi (qui signait ses comptes-rendus opératoires EO par analogie avec le professeur Mansouri qui lui signait PMS).

Mais qui était Sédillot, pour avoir laissé son nom à cette clinique chirurgicale au niveau du plus grand hôpital d’Alger ?

Charles Sédillot (1804-1883) était professeur de chirurgie à l’hôpital d’instruction du Val-de-Grace en 1833. Il se porte volontaire pour partir en Algérie à l’occasion de la 2ème expédition de Constantine en 1837. Embarqué pour Annaba en Aout, il rejoint en septembre un camp militaire à Medjez-Amar (commune de la wilaya de Guelma) où il avait mission de diriger le service de l’ambulance d’avant-garde (petit hôpital sous tente) à la division en partance pour Constantine. Tout le matériel nécessaire aux opérations chirurgicales d’urgence était transporté à dos de mulet.

Au cours de cette expédition de Constantine, il montra son orientation pour la pratique du débridement des plaies, dans le but de prévenir les accidents inflammatoires «toutes les fois qu’une balle a traversé un membre ou a pénétré à une profondeur considérable ». Par ailleurs, il recommande l’ablation immédiate des corps étrangers et même, ce qui était une hardiesse, la trépanation du crâne avec extraction des esquilles et la recherche des projectiles dans le cerveau.

Malade lui-même au départ de Constantine, il faillit succomber, à Annaba, à des accès pernicieux et rentra en France en novembre où il poursuivra dans le professorat une carrière militaire et scientifique. Il enseigna, au Val-de-Grâce, l’anatomie appliquée et la médecine opératoire jusqu’en 1841, année de sa nomination au concours à la Faculté de Strasbourg.

Plus tard à l’Académie des Sciences (1) , il se fit le défenseur des idées pastoriennes et de leur application dans le domaine de la chirurgie en montrant l’importance de ces infiniment petits qu’il appela « microbes » comme agents d’insalubrité et d’infection et qui signala « les avantages qu’on retirerait, dans les hôpitaux, de laboratoires de culture pour y suivre et y démontrer l’influence des microbes sur le nombre, la gravité et l’imminence des maladies ».

En 1839, il publie un ouvrage qui fut une référence pendant plusieurs décennies dans les hôpitaux militaires : « Traité de médecine opératoire, bandages et appareils»(2).

Dans l’introduction de ce traité, Sédillot écrit que : « les opérations chirurgicales constituent dans leur ensemble une science distincte, nommés par Sabatier Médecine opératoire, et liée par des rapports nombreux et intimes avec les autres branches de l’art de guérir. On ne saurait, en effet, considérer aujourd’hui une opération comme un acte isolé, et purement mécanique, car celui qui la pratique doit connaitre les causes qui la redent nécessaire, les méthodes et les procédés qui en permettent et en règlent l’exécution, et les moyens thérapeutiques qui en assurent le succès.

Le chirurgien vraiment digne de ce titre doit donc posséder une réunion de mérites qui peuvent seuls le placer au premier rang de la profession.

Il faut qu’il soit fort, actif et adroit, fécond en ressources, persuasif, d’une fermeté inébranlable, exercé à résoudre les problèmes les plus difficiles de la séméiologie, car son diagnostic est souvent une question de vie ou de mort ; familiarisé avec la marche des maladies , afin de ne pas pratiquer une opération que l’emploi de moyens de traitement plus rationnels eût fait éviter, et de n’en pas différer ;également versé dans l’étude de l’anatomie normale et de l’anatomie pathologique, soit pour agir sur des tissus sains, soit pour se guider au milieu des altérations de forme, de volume, de consistance, de texture et de coloration, qui sont survenus. Il faut que sa mémoire lui rappelle tous les exemples et toutes les indications de la science dans un cas donné ; qu’il choisisse les méthodes et les procédés opératoires les plus convenables ; qu’il interroge l’état constitutionnel du malade ; qu’il sache les influences des saisons, des épidémies, des affections régnantes , des localités ; qu’il règle la disposition des aides , des appareils et de la lumière ; qu’il prévoie les accidents et soit prêt à y remédier ; et lorsqu’ie l’opération sera terminée, il devra joindre à la patience, à la douceur, à la dextérité nécessaire pour l’application des appareils , des bandages et des pansements , la sagacité médicale la plus exercée , pour deviner , prévenir et combattre la maladies intercurrentes , qui pourraient compromettre les guérison définitive, et qui sont d’autant plus redoutables que le blessé est plus affaibli, plus apte à les contracter, et qu’elles revêtent presque toujours alors une forme latente.

La science qui exige de ceux qui s’y adonnent d’aussi rares qualités, doit avoir accompli d’immenses progrès…

Les causes qui ont contribué à placer la médecine opératoire au premier rang de l’art son assez nombreuse. Elles sont pour un chirurgien les meilleures sources d’instruction et d’expérience…

L’anatomie normale est tellement indispensable à la médecine opératoire, qu’on ne saurait trop répéter que sans son secours, il n’y a pas de chirurgie possible, mais seulement de la mécanique et de l’empirisme. Tous les vrais chirurgiens sont nécessairement des anatomistes exercés…

L’étude de l’anatomie pathologique, complétant l’anatomie normale et l’anatomie chirurgicale, vit encore ajouter à la certitude et aux ressources de la médecine opératoire… La pratique des opérations sur le cadavre, devenue d’un usage général, a aussi doté l’art de procédés nombreux, appliqué plus tard avec succès au traitement de l’homme vivant. Enfin les expériences directes tentées sur les animaux ont également servi la médecine opératoire. Telles sont les principales cause des progrès de la médecine opératoire, et cette science s’enrichie de nouvelle découvertes par le génie des chirurgiens...

(1) De l’influence des découvertes de Pasteur sur les progrès de la chirurgie (Note à l’Académie des Sciences, 11 mars 1878; Comptes rendus).
(2) Traité de médecine opératoire, bandages et appareils. Ed Baillière, 1839.

Voir tous les éditos



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !