Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



encart_diam

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


BELABBES Abdelkader

Docteur Abdelkader BELABBESMédecin mécène, philosophe et homme de science. Abdelkader Belabbes est né le 6 septembre 1915 à Béjaïa dans une famille relativement aisée pour l’époque. Son père Ahmed habitait l’actuelle rue Allaoua Touati (en haut du lycée Ibn Sina). Après avoir terminé l’enseignement primaire, il ira à Alger et plus précisément au lycée de Ben Aknoun où il décrochera son bac en 1933, à l’âge de 18 ans. Voulant devenir médecin, il ira en France, à Tours plus exactement, où il effectuera sa médecine et obtiendra son doctorat en 1940.

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

La médecine en Algérie pendant la période Ottomane (1516-1830)

Au cours de cette période qui s'étendit de 1516 (arrivée des frères Barberousse) jusqu'à 1830, trois médecines se sont côtoyées.
Chacune d'elle adaptée à la population à laquelle elle s'adressait : La médecine européenne réservée aux captifs en grande partie européen, était dispensée dans les hôpitaux qui furent érigés dans les bagnes...

> Consulter toutes les rétrospectives

Editorial


Combien de repas par jour ?

Proposé par Larbi Abid - Algérie - Janvier 2019

Auteur : Christophe Bastid

Le nombre de repas par jour, l’interposition de jeune, l’hypertrophie d’un repas par rapport à un autre, tout a été dit et son contraire. Par exemple, nombreux sont ceux qui préconisent de prendre 6 petits repas par jour, ce qui serait plus physiologique, réduirait l’apparition d’hypoglycémie et permettrait d’apporter moins de calories dans la mesure où le processus de digestion répétitif consommerait plus de calories.

Que faut-il retenir de ces nombreuses assertions le plus souvent péremptoires et arbitraires ?

Les nombreuses études effectuées n’ont pas montré de différence significative en termes de perte de poids selon le nombre de repas quotidiens ou leurs horaires.

Le métabolisme n’est ni accéléré ni ralenti.

Le concept « de ne pas manger après une certaine heure » est là encore un mythe non fondé qui a la vie dure uniquement parce que beaucoup de gens qui mangent

des calories en excès le font la nuit.

La consommation des mêmes calories excédentaires à 7h du matin a probablement un effet similaire sur le poids.

On dit également qu’il faut prendre un « bon petit-déjeuner », qu’il doit être le repas le plus important de la journée. Cette assertion est là encore arbitraire.

Les personnes en surpoids ont tendance à réduire ou supprimer le petit déjeuner pour manger moins et perdre du poids.

En clair, ils évitent le petit déjeuner parce qu’ils sont en surpoids, et non l’inverse.

La fréquence des repas, comme leur horaire, n’a en fait tout simplement probablement pas ou peu d’importance.

Prenez un petit-déjeuner si vous avez envie de prendre un petit-déjeuner.

Il n’y a pas de règle, mangez quand vous le souhaitez, sans vous forcez, de façon équilibrée et avec modération, de façon à contrôler l’apport calorique total de la journée.

En clair, il faut apprendre à se connaître et à se respecter.

La durée du repas, en revanche, est importante. Une étude japonaise concernant des patients atteins de diabète, publiée par la revue BMJ Open, et portant sur près

de 60.000 personnes, montre une corrélation entre la durée du repas et l’évolution du poids.

On a avantage à manger lentement en mastiquant bien, probablement en raison des signaux émis par le système digestif vers le cerveau avec une sensation de satiété augmentée qui limite la quantité ingérée.

Bonnes fêtes quand même...

Voir tous les éditos



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !