Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


ABERKANE Abdelhamid

Professeur Abdelhamid AberkaneNé le 30 juillet 1945, Abdelhamid Aberkane a débuté ses études de médecine en 1962, à l’âge de 17 ans après l’obtention du deuxième baccalauréat avec mention assez bien (1ère partie du bac au Lycée d’Aumale de Constantine en 1961, 2ème partie au Lycée Albertini de Sétif en 1962). Après l’obtention de son baccalauréat, il arrive à Alger où il entame sa médecine qu’il achève en juin 1968 par le passage des examens « cliniques » qui marquaient, à cette époque, la fin des six années de formation en médecine et la réussite en décembre 1967 au concours d’Internat des hôpitaux d’Alger.

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

Naissance de la médecine algérienne

Dans cette évocation il ne sera question que de la médecine algérienne post-coloniale, celle qui a vu le jour après les accords d’Evian du 18 mars 1962 qui ont vu l’Algérie accéder à son indépendance après une exemplaire guerre de libération nationale qui aura duré plus de sept ans. Au lendemain du « cessez-le-feu » proclamé le 19 mars 1962, nous assisterons à un exode massif des pieds-noirs. Le départ massif et rapide de la population européenne allait plonger l’Algérie dans une dramatique situation.

> Consulter toutes les rétrospectives

Histoire de l'Algérie médicale : les hommes et les femmes


BAKOURI Saïd (1927-1998) Envoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Le professeur Saïd Bakouri, ainé d’une famille de dix enfants, est né le 11 juillet 1927 à Azrou N’Béchar, petit village kabyle aujourd’hui disparu des environs d’El Kseur (wilaya de Bejaïa). Son père était un petit propriétaire terrien qui chassé par la famine, quittera avec sa famille son village pour s’installer à Ibakouren puis enfin à Bougie où il trouvera un emploi au niveau du trésor public.

Jusqu’à l’âge de onze ans, le jeune Saïd Bakouri s’occupera au niveau du lopin de terre familiale des quelques moutons et chèvres que possédait son père et ce n’est qu’après le déplacement de la famille à Bougie que son père réussi à l’inscrire au niveau de l’école communale de Oued Amizour, distante de onze kilomètres du domicile familiale. Il arrivera à rattraper son retard et poursuivra ses études secondaires d’abord au collège de Médéa puis à Alger au lycée Bugeaud (Lycée Emir Abdelkader) où il obtiendra à l’âge de 20 ans son baccalauréat série philosophie en 1947.

En cette année 1947, sa mère décède des suites d’un accouchement difficile, faute de médecin. Cet événement tragique décidera du choix de sa carrière : il veut devenir médecin. Il s’inscrira d’abord à la faculté de médecine d’Alger en 1948, mais de mauvaises conditions de vie et d’études l’obligent à quitter cette faculté pour celle de Poitiers en France où il s’inscrira de nouveau en médecine et où il parviendra à passer l’écueil du PCB (physique, chimie, biologie) lui permettant réellement d’entamer les études médicales qu’il effectuera en fait à la faculté de médecine de Tours entre 1950 et 1957.

Après avoir subit avec succès les épreuves du concours d’internat de médecine des hôpitaux de 2ème catégorie de la région sanitaire de Limoges en décembre 1957, il est interne stagiaire à l’hôpital Georges Renon de Niort jusqu’en 1959. C’est dans cet hôpital qu’il s’orientera vers la pédiatrie grâce au docteur Lignières, médecin chef du service de pédiatrie qui l’encourage à entreprendre cette spécialité.

Le 9 mai 1961, il soutiendra sa thèse de médecine générale qui porte sur « le virilisme familial » à Paris devant un jury présidé par le professeur Cathala, et quelques mois plus tard, le 28 juin de la même année il subit avec succès les épreuves de l’examen en vue de l’attribution de l’attestation d’études complémentaires de pédiatrie et puériculture.
Son engagement pour l’indépendance de l’Algérie au cours de ses études lui vaudra une surveillance policière particulière ce qui l’obligera à rejoindre la frontière tunisienne où il sera, comme beaucoup de ses confrères, médecin de l’ALN.

Après l’indépendance du pays, il prend en charge, en 1963, le service de pédiatrie de l’hôpital régional d’Oran où il assurera la formation du personnel soignant. L’année suivante, pour se rapprocher de sa famille il rejoint Alger où il est nommé assistant au service de pédiatrie de l’hôpital Mustapha dirigé alors par le Pr. Venegia.
Après deux années passées dans ce service, il effectue un stage de 3 mois à l’hôpital Saint Vincent de Paul à Paris, dans le service du professeur Job, spécialiste des maladies endocriniennes de l’enfant.

Après son retour en Algérie, il est envoyé en mission au Biafra pour 3 mois puis retour de nouveau en Algérie où il rejoint, à sa demande, le service de pédiatrie de l’hôpital de Béni-Messous.
En 1971, l’hôpital de Béni-Messous est élevé au rang de CHU. Le docteur Bakouri est titularisé dans le corps des maitres-assistants puis dans celui des chargés de cours au niveau de l’Institut des Sciences Médiales d’Alger (ISM d’Alger).

En 1973 il se marie et aura trois enfants : Fériel, Miassa et Nawal.
En 1975, il est titularisé dans le corps des docents de l’ISM d’Alger et de nouveau, il repartira en mission en 1977, en Angola. A son retour, il est nommé le 8 octobre 1977, professeur de médecine.

Il rejoindra encore une fois durant la période 1981-1982 le service du professeur Job à l’hôpital Saint Vincent de Paul à Paris où il séjournera pendant un an. Il terminera sa carrière au service de pédiatrie du CHU Béni-Messous où il prendra sa retraite en 1992 après 21 ans de service.

Il décède en 1998 à l’hôpital de Clermont-Ferrand à l’âge de 71 ans.

Le professeur Bakouri a pratiqué la médecine dans un grand souci d’humanité et dans le respect du serment d’Hippocrate qu’il avait prononcé quand il est devenu médecin.

Voir toutes les biographies



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !