Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


AUBANIAC Robert (1914- 2007)

Robert Aubaniac est né le 23 février 1914 à Sidi Bel Abbès (Oranie) où il grandit et fait ses études secondaires. À 17 ans, le baccalauréat en poche il s’inscrit en médecine à Alger où ses parents le rejoignent l’année suivante, première transplantation, première migration.

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

Histoire de la neurochirurgie algérienne

Tous les secteurs de la vie économique, sociale, culturelle sont affectés. Le secteur de la santé ne fait pas exception. Médecins, professeurs d’Universités, personnels paramédicaux en majorité français quittent le pays. Les structures hospitalières publiques ou privées, la faculté de médecine, sont complètement désorganisés. De plus, nombreux bâtiments de soins ont été détruits par l’OAS* parfois avec la complicité de médecins. C’est le cas du service de neurochirurgie, installé à la «clinique Barbier Hugo». Le neurochirurgien et son équipe quittent les lieux après démolition par plastiquage des blocs opératoires. Il ne reste que quelques lits qui seront transportés à l’hôpital Ali Ait Idir : ils équiperont et pour longtemps le service de réanimation du nouveau service de neurochirurgie.

> Consulter toutes les rétrospectives

Histoire de l'Algérie médicale : les hommes et les femmes


BEDJ Messaouda (1933-1959)Envoyer cette page par e-mail Ajouter cette page à mes favoris

Bedj Messaouda (1933-1959)Comme toutes les franges de la population, le corps de la santé a participé à la lutte pour l’indépendance du pays. BEDJ Messaouda, née le 7 mai 1933 à Chlef (anciennement Orléansville), est l’une des représentantes de ce corps. A l’âge scolaire, sa famille l’inscrit à l’école de filles de la ville, ce qui était assez rare à l’époque. Studieuse, elle passe sa 6ème est on la retrouve en 1945, à l’âge de 12 ans au lycée où elle apprend les événements sanglants du 8 mai 45 à Sétif, Guelma et Kherrata. A partir de cette date, la jeune Messaouda n’est plus la même et cela a des répercussions sur ses  résultats scolaires. Elle continue néanmoins ses études jusqu’en classe de terminale où malheureusement elle échoue à l’examen du baccalauréat de juin 1953.
Durant l’été de cette année 1953, en rendant visite à plusieurs reprises à une parente hospitalisée, elle côtoie les infirmières dont elle apprécie les valeurs professionnelles : sa vocation est née, elle veut devenir infirmière. Avec l’accord de ses parents, elle s’inscrit à l’école paramédicale d’Alger en qualité d’interne à l’hôpital de la Croix Rouge (actuel hôpital neurologique Ait Idir). La 1ère année se passe sans encombre et elle fit même la connaissance d’une amie Houria, chef d’une section scout à Bab El Oued qui la fit adhérer à ce mouvement.

Elle passe ses vacances d’été à Chlef auprès de sa famille mais en septembre, au moment du retour sur Alger, elle assiste au tremblement de terre qui détruit sa ville natale. Elle retardera son retour sur Alger et participe aux opérations de sauvetage. Son courage et sa compétence lui vaudront une médaille du mérite que lui remettra le préfet de la ville. Elle retourne à Alger pour poursuivre ses études mais 2 mois plus tard, c’est le 1er novembre 1954, déclenchement de la guerre de libération nationale. La jeune Messaouda suit les événements avec un grand intérêt, grâce au mouvement scout auquel elle était affiliée. Durant l’été 1955, elle retourne à Chlef pour passer ses vacances où elle ne rate aucune occasion d’expliquer les causes et les objectifs de la révolution algérienne dans les familles où elle est reçue.

Elle revient par la suite à Alger pour terminer sa 3ème et dernière année d’études paramédicales, mais à un mois de la fin de sa formation, l’UGEMA lance son fameux appel à la grève. Messaouda décide non seulement de suivre le mouvement de grève mais également de prendre le maquis.

C’est grâce à un étudiant en médecine originaire de Chlef qu’elle avait connu au lycée, le jeune Youcef Khatib (futur colonel Si Hassan), qu’elle rejoint avec lui le maquis de l’Ouarsenis dans la zone 4. Au maquis, Bedj Messaouda devient Meriem (son nom de combat). Avec Youcef Khatib, elle prendra en charge le 1er centre de santé de la wilaya IV, érigé à Tamezguida. Son dévouement et sa compétence lui vaudront les félicitations du commandant de la wilaya IV, Si Sadek (Slimane Dehiles) qui la chargera de la création d’un autre centre de santé dans le maquis de Bouzegza où elle soignera de nombreux moudjahids. Toujours avec Si Hassan, elle installera plusieurs centres de santé dans cette wilaya IV (Adaouia, Bissa dans la région de Ténès, mont du Zaccar etc.). En 1957, elle sera rejointe au maquis par sa jeune sœur Fatima (Lalia au maquis). En 1959, après plusieurs années passées au chevet des moudjahidines blessés, elle est proposée par le commandement de la wilaya IV pour poursuivre des études en médecine à l’étranger dans les pays amis de l’Algérie. Avec d’autres bénéficiaires de cette formation, Bedj Messaouda doit faire le trajet à pied à travers les montagnes pour atteindre la Maroc où elle devait rejoindre le pays formateur. Hélas, une embuscade tendue par l’armée française dans le Sersou bloquera la progression du groupe et malgré la riposte, l’unité de moudjahidine est subergée. Bedj Messaouda meurt les armes à la main en chahida.

A l’indépendance, une école primaire de sa ville natale portait le nom des sœurs Bedj. Cet établissement a été détruit lors du séisme de 1980. Depuis très peu de personnes connaissent le sacrifice de cette militante de la cause nationale. Nous osons espérer qu’à l’occasion de la commémoration de ce 8 mars 2008, les autorités de la ville de Chlef baptiseront un des nouveaux établissements de santé en cours de réalisation à Chlef du nom des 2 sœurs Bedj.

Voir toutes les biographies



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !