Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


BENABADJI Rachid

Professeur Rachid BenabadjiLe professeur Rachid BENABADJI a pris sa retraite en juillet 1998. Il avait exercé les fonctions de professeur chef de service de chirurgie générale à la clinique centrale de 1980 à 1986 puis au service de chirurgie générale de l’hôpital Bologhine de 1986 à 1998.

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

L’évolution de l’Urologie au Maghreb

Pour avoir une idée de la place de l’urologie par le passé, je rappellerai deux dates révélatrices de l’histoire de l’Urologie. 1731, lors de la fondation de l’Académie Royale de Chirurgie considérée comme le début de l’ère moderne de la chirurgie français, la taille vésicale était l’opération la plus sophistiquée et la plus dangereuse. Son succès était lié à l’habilité du chirurgien et c’est elle qui consacrait sa renommée.

> Consulter toutes les rétrospectives

Revue de presse

Il y a actuellement 16519 articles disponibles dans la Revue de presse

Algérie Greffe de reins : Beaucoup de chemin reste à faire

26/07/2022 | Le quotidien d'Oran | Algérie | Lire l'article original

Le Professeur Bendjaballah Saadoune, chef du service de chirurgie générale à l'Hôpital universitaire El Hakim Ibn Badis, s'est longuement exprimé hier, sur les ondes de radio Constantine, sur l'état de la greffe d'organes en Algérie, rappelant les premières opérations de greffes de morts à vivants menées depuis 2002.

Selon l'intervenant, l'Algérie détient désormais assez d'expérience pour « réussir à 100% les greffes de reins ». « A Constantine, nous avons été parmi les premiers à transférer et greffer des organes de morts sur des vivants depuis 2002. La situation était très difficile. Même les normes sanitaires scientifiques étaient inconnues en Algérie », a déclaré Pr Bendjaballah. « Mais ensuite l'amélioration est venue progressivement, notamment à travers les lois et règlements et la mise en place de l'Agence Nationale de Transplantation d'Organes », a-t-il ajouté. Concernant la «greffe de rein de mort à vivant en Algérie», cela «nécessite avant tout une sensibilisation et une prise de conscience pour inciter les citoyens à accepter la chose», affirme encore l'intervenant, rappelant que «par rapport aux pays étrangers, nous sommes encore au début» et même «très loin des développements» réalisés ailleurs.

Selon lui, «l'ablation technique et chirurgicale d'organes après la mort cérébrale est une opération facile», et «chaque chirurgien peut le faire avec une équipe médicale spécialisée». « L’importance réside dans le maintien de l'intégrité et la réanimation des organes, en particulier le foie, le pancréas, les reins et les poumons », précise Pr Bendjaballah, qui note qu'en Algérie « nous contrôlons dans une large mesure la transplantation rénale ». L'objectif est, selon lui, de développer la transplantation d'organes et la généraliser, faisant état au passage de «la peur et la méfiance à l'égard des médecins et des hôpitaux » en Algérie, qui sont parmi « les problèmes les plus importants ».

Il rassure que le système mis en place en Algérie « ne permet pas de manipuler ou de vendre des organes humains ». Et rassure également sur le strict respect du testament du défunt (donneur), sur notamment « les caractéristiques qui déterminent le type de destinataire ». « Par conséquent, nous rassurons tout le monde et appelons à une pleine confiance dans les médecins et les hôpitaux algériens », conclut Pr Bendjaballah.

Toute l'actualité



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !