Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Médecine d'Afrique Noire - Première revue médicale internationale panafricaine francophone - Plus d'informations


Professeur Larbi Abid
Responsable éditorial :
Professeur Larbi Abid


Bloc notes

Des médecins cubains en Algérie
Note du 14/11/2019 17:46:32.

Le 1er Prix « Tedjini Haddam » décerné au Pr Jean-Paul Grangaud
Note du 05/11/2019 11:03:27.

Ouverture des inscriptions au Certificat de sur-spécialisation en hépatologie, gastro-entérologie et nutrition pédiatrique
Note du 30/07/2019 16:07:29.

> Voir le bloc-notes


Informations Hospitalo-universitaires

Programme d'études

> Consulter tous les programmes


Documentation

> Consulter toute la documentation


Histoire de l'Algérie médicale

Les hommes et les femmes


BENBELKACEM Djamel

Docteur Benbelkacem DjamelLe 14 décembre 1975 a disparu prématurément, à l’âge de 33 ans, notre ami Djamel BENBELKACEM. Cette disparition prématurée est venue interrompre une carrière pleine de promesses. Il effectue ses études primaires à Oued Zenati où il est né, puis poursuit ses études secondaires à Constantine et à Annaba. Une grave affection l’oblige à préparer seul son probatoire avec succès. Il se destine à la médecine et entre à la faculté d’Alger en 1961. Dès 1963, il est admis au 1er concours d’externat des hôpitaux d’Alger. Interne provisoire au concours de 1964, il est définitivement admis au concours de 1966 et opte immédiatement pour la chirurgie.

> Consulter toutes les biographies


Naissance de la médecine algérienne

La médecine en Algérie pendant la période coloniale française (1830-1962)

La période coloniale peut être schématiquement divisée en deux périodes : le XIX ème siècle où la médecine a été utilisée comme moyen de propagande, de pénétration et d'information ; la deuxième période concerne le XX ème siècle et va jusqu'au recouvrement de l'indépendance, marquée par la marginalisation progressive de la population locale et l'accès de quelques musulmans aux études médicales.

> Consulter toutes les rétrospectives

Revue de presse

Il y a actuellement 13976 articles disponibles dans la Revue de presse

Algérie Mise en garde de l’OMS contre une propagation du COVID-19 : L’Algérie n’est pas concernée

15/09/2020 | Le jeune indépendant | Algérie | Lire l'article original

l’arrivée de l’automne notamment dans le continent européen.
Pour Fawzi Derrar, directeur général de l’Institut Pasteur, l’Algérie pour qui la situation épidémiologique est « plutôt stable », n’est pas concernée par les mises en garde de l’OMS.

Lors de son passage, ce mardi, sur les ondes de la radio chaine 1, qualifiant de bonne la situation épidémiologique actuelle en Algérie, Derrar rassure. « Les récentes mises en garde de l’Organisation mondiale de la santé liées à la forte propagation du virus Covid-19 en octobre et novembre ne concernent pas autant l’Algérie que l’Europe et les États-Unis d’Amérique », a indiqué le directeur général de l’Institut Pasteur.
Le directeur de la branche européenne de l’OMS a mis en garde contre une remontée du nombre de morts lié à la COVID-19 en Europe, lors des mois d’octobre et de novembre.

Des prévisions « raisonnables » selon Derrar, compte tenu d’un certain nombre de facteurs, entre autres, la baisse des températures durant les mois à venir, la rentrée sociale et scolaire dans plusieurs pays européens. Cela, augmentera, estime-t-il, le nombre de personnes qui seront en contact direct dans des endroits clos. Selon lui, tous ces indicateurs suggèrent que la propagation de l’épidémie va s’intensifier dans les mois à venir, constatant qu’elle est à des niveaux très élevés dans de nombreux pays européens et aux États-Unis d’Amérique.

Pour ce qui est de l’Algérie, le pays ne se trouve pas dans la même situation épidémiologique enregistrée, principalement en Europe. Le DG de l’Institut de Pasteur estime que la situation épidémiologique en Algérie est bonne, avec le passage de la phase épidémiologique aiguë, en particulier les mois de mai et juin. Depuis la fin du mois de juillet, la situation s’est stabilisée et le nombre des contaminés est en baisse quotidienne. Chose qui a eu un impact positif sur les hôpitaux qui ne sont plus sous pression. C’est d’ailleurs ce qu’a confirmé Derrar, qui a indiqué que « la situation dans les hôpitaux s’est améliorée », et qu’ils ne sont plus sous pression, tout comme le service de réanimation et les laboratoires. Il a par ailleurs appelé à la vaccination contre la grippe saisonnière, dans l’attente d’un éventuel vaccin contre le coronavirus, soulignant que le vaccin antigrippal ne prévient pas contre le coronavirus.

Cependant, malgré que le pays enregistre une baisse des contaminations à la COVID-19, les experts ne cessent d’appeler à la prudence et au respect des mesures préventives, car le pays, faut-il le signaler, n’est pas à l’abri d’une nouvelle vague de contamination.

L.A.Akli

Toute l'actualité



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !