Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous


Affiche prévention Covid-19 Algérie


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque jeudi, la lettre d'informations de Santé Maghreb.

Inscriptions et désinscriptions

Revue de presse

Il y a actuellement 13998 articles disponibles dans la Revue de presse

Maroc Non, les enfants ne sont pas des « super-contaminateurs »

16/09/2020 | L'économiste | Maroc | Lire l'article original

Contrairement à l’idée largement répandue au début de la pandémie, les enfants ne semblent pas être de « super-contaminateurs » au coronavirus. Ils sont jugés moins contagieux que les adultes. « A l’échelle mondiale, la probabilité qu’un enfant de moins de 15 ans soit porteur du virus et puisse le transmettre est de 1,1%. Pour la tranche allant jusqu’à 19 ans, elle est de 2% », relève Jaâfar Heikel, épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses, également économiste de la santé.

Au Maroc, sur les 86.686 cas confirmés enregistrés, seuls 1,4% sont des individus de moins de 18 ans ayant été admis dans un milieu hospitalier. Une très faible part de ces mineurs (entre 0,2 à 0,4%) ont développé une forme grave ou critique de la maladie. « Il est très rare de traiter un enfant avec de l’hydroxychloroquine et l’azithromycine. D’ailleurs, la majorité d’entre eux ne sont pas traités. Ils sont gardés uniquement en observation, et ils évoluent impeccablement ! » explique l’infectiologue.

Toutefois, ces jeunes sont bien porteurs du virus. « La différence est qu’ils sont capables de mieux combattre le virus », indique Heikel. « Leur système immunitaire est plus actif pour lutter contre cette infection, même s’ils sont tout aussi sensibles au virus que les adultes », confirme My Mustapha Ennaji, directeur du laboratoire de virologie de l’université Hassan II de Casablanca. « Depuis leur naissance, ils ont été sujets à des coronavirus. Ils ont ainsi développé des anticorps, et une immunité croisée dotée de cellules mémoires leur permettant de lutter plus efficacement contre le Covid-19. De plus, ils reçoivent beaucoup de vaccins à leur jeune âge, ce qui renforce davantage leur système immunitaire », explique-t-il.

Mais s’ils sont plus « protégés contre le Covid-19 », cela n’exclut pas le risque de contamination. « Dans un foyer, la probabilité qu’un enfant transmette le virus à l’un de ses parents est de 9,7% », souligne Heikel. La vigilance et le respect des mesures sanitaires restent donc de mise, quel que soit l’âge !

Tilila EL GHOUARI

Toute l'actualité



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !