Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !

Ce site utilise des cookies afin d'améliorer la navigation et mesurer la fréquentation. Pour en savoir plus, cliquez ici


Suivez-nous


vig_viral_facts


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Médecine d'Afrique Noire
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque jeudi, la lettre d'informations de Santé Maghreb.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Tunisie Association des Malades du Cancer : 14e journée d’activités sur le thème « cancer et qualité de vie : pour une vie meilleure et digne » : Chaque vie doit compter

17/05/2022 | La presse | Tunisie | Lire l'article original

Le caractère mortifère que l’on attribue au cancer n’empêche pas de rappeler l’importance de la prévention et des soins dans la lutte contre le cancer jusqu’à sa rémission. Car la vie est précieuse et il ne faut pas attendre, ni anticiper la mort, mais profiter des nombreuses années de l’existence…

Dans le cadre de son programme d’activités pour l’année 2022, l’Association des malades du cancer a organisé, samedi 14 mai 2022 au Lac, sa quatorzième journée d’activités sous le slogan : « Pour une vie meilleure et digne ». Cette journée s’articule autour de trois axes, qui ont un impact positif sur la diminution du nombre de cas : créer une opportunité de communication entre le patient atteint de cancer et les institutions concernées, créer une communication entre un patient atteint de cancer et son médecin et créer une occasion d’échanger et d’écouter ses observations, suggestions, réserves et demandes afin d’avoir une bonne hygiène de vie. En particulier, par ce que l’on appelle, dans les récentes découvertes médicales, «la thérapie de renforcement immunitaire » ou « médecine immunostimulante » par le biais d’une alimentation saine, l’art et le sport. Un certain nombre de médecins tunisiens, spécialisés en oncologie, gastro-entérologie, psychologie, nutrition, préparation physique et kinésithérapie et des représentants des ministères de la Santé et des Affaires sociales et de la Caisse nationale de Maladie ont apporté leur contribution à l’événement.

Après l’ouverture officielle par Mme Raoudha Zarrouk, présidente de l’AMC qui se félicite de rassembler un grand nombre d’acteurs de la médecine tunisienne et des personnes sensibles à la lutte contre le cancer, le modérateur de la journée d’études, Dr Ridha Kechrid, évoque d’emblée les difficultés de la maladie cancéreuse qui causent la fatigue et des douleurs et donne ses conseils. Il précise : « Une fois identifiée, elle est soulagée. L’objectif est de prévenir et de réduire autant que possible l’assistance du patient pour améliorer la qualité de vie de ce dernier ». On apprend, qu’en Tunisie, il y a 12.000 nouveaux cas chaque année, qui ont été diagnostiqués tardivement pour la majorité, d’où la nécessité d’axer la stratégie nationale de lutte contre le cancer sur la prévention et le diagnostic précoce de la maladie qui cause 7% des décès dans le monde. Le chiffre plus élevé et alarmant de 19 000 nouveaux cas par an a été avancé par un autre médecin sur place. D’autant plus que ce chiffre va doubler à l’horizon 2030.

Traitement par l’immunothérapie

Après les réflexions et les présentations de Dr Amin Chekir, chirurgien cancérologue, Dr Mehdi Joudane, gastrologue, deux nutritionnistes Sonia Ennaïfer et Meriem Chergui sont intervenues pour rappeler l’importance de l’immunothérapie par l’alimentation pour prévenir et guérir la maladie sur le thème : « Nutrition et immunité ». Meriem Chergui, nutritionniste et diététicienne pour enfants et adultes, a développé un exposé sur l’aspect de nutrition au centre des préoccupations du patient. Elle développe à ce sujet : « Tout dépend de lui, s’il n’est pas encadré, bien entouré, s’il n’a pas les informations utiles et se contente de ce qu’on lui rapporte. Au lieu d’améliorer son immunité, il se retrouve à suivre des conseils qui ne sont pas forcément adaptés à ses besoins. Tout est essentiel : lipides, protéines, matières grasses mais, selon une quantité et une fréquence de consommation qui diffèrent d’un patient à l’autre. C’est pour ça qu’il faut être assisté par un professionnel de santé parce qu’il y a beaucoup de cas par cas ». Au sujet du lien entre la nutrition et le traitement du cancer, elle poursuit : « La tendance dans le traitement du cancer est l’immunothérapie. C’est un traitement qui renforce l’immunité par des cellules, les lymphocytes tueuses, qui ciblent les cellules cancéreuses. La bonne alimentation, avec la bonne quantité et fréquence, se fait en y ajoutant des minéraux antioxydants comme le sélénium ». Il y a au final des médicaments mais aussi des aliments qui renforcent l’immunité du patient dans la lutte contre la maladie. Après l’alimentation, il y a l’aspect psychologique du patient qu’il faut prendre en considération. Ainsi, Dr. Yasmine Belhassen, psychologue et psychanalyste, a annoncé la démission de l’Etat en matière de santé publique et se dit désespérée si bien qu’elle compte exercer sous d’autres cieux si rien ne venait à changer durant les mois à venir.

Avant cela, elle rappelle l’intérêt de la prise en charge psychologique et le suivi du patient atteint de cancer pour anticiper et prévenir la dépression associée à la maladie : « Il ne faut pas réduire la personne malade, peu importe la maladie, à son corps qui est souffrant. La personne c’est d’abord un vécu, une histoire, ses problèmes, si bien que son rapport avec son corps malade est unique. Chaque cancer a sa spécificité ». Elle reproche l’instrumentalisation du malade en Tunisie, qui est un numéro de dossier avant toute chose, ce qui l’horripile au plus haut point. « Derrière chaque dossier médical, il y a une personne à qui on va annoncer qu’il a le cancer. C’est une information qui peut être traumatisante sur le plan psychique.
C’est pour cette raison qu’il faut prévoir un accompagnement psychologique en parallèle de la prise en charge thérapeutique afin d’éviter que le patient ne déprime et l’aider à être dans l’acceptation ».
Elle recommande la consultation d’un « psy » pour contribuer à un meilleur traitement du cancer au détriment des coachs qui sont spécialisés dans d’autres domaines, comme le sport ou l’éducation et des activités superficielles. Il faut une thérapie adaptée et une écoute ciblée. Le sens qu’on donne à la maladie et son poids vont déterminer le rapport avec l’entourage à l’instar des chamboulements induits par la Covid-19. La journaliste Fatma Karray Ben Abdallah a critiqué le système de santé dans le pays. Elle remet en cause la qualité de l’investissement qui s’opère en matière de santé car l’individu est resté en marge du développement pour un meilleur accès aux soins de l’indépendance jusqu’à aujourd’hui et il faut donc inverser la donne.

Après la phase de traitement par le biais d’une alimentation complète, équilibrée et adaptée pour chaque patient et la prise en charge psychologique, le rôle de la politique sanitaire préventive du cancer est défendu par un nouvel intervenant qui s’inquiète de la recrudescence du cancer du poumon, notamment à cause de l’exposition des jeunes au tabac alors que leur corps n’est pas encore mature et exposé aux dangers futurs. Un fléau et une bombe à retardement que les instances sanitaires minimisent alors qu’ils doivent faire l’objet d’une sérieuse réflexion.

Surtaxer les produits cancérigènes

Moadh Hiraoui, docteur en biologie du sport et santé et enseignant chercheur à l’Institut supérieur d’éducation physique et sportive, a présenté le rôle de l’effort physique comme bienfait pour la santé avant de s‘insurger contre le laxisme des pouvoirs publics qui doivent serrer la ceinture et sévir contre les jeunes fraudeurs coupables d’un « crime » plus qu’un péché de jeunesse selon lui : « En Tunisie, il faut privilégier la prévention, vu la crise économique que la Tunisie traverse. Il faut surtaxer les produits cancérigènes, les produits hyper sucrés et les cigarettes. C’est une raison primordiale du développement du cancer chez les jeunes. On trouve des enfants de 6-7 ans qui fument au sein de l’école ». Ce sont de véritables bombes à retardement pour le pays puisqu’on craint que, par leur attitude, ils ne deviennent porteurs du cancer du poumon dans 20 ou 30 ans. Par la suite, Amel Lassoued a exposé au sujet de la kinésithérapie : drainage lymphatique et Maître Amine Bazdah sur le droit du patient à l’accès aux médicaments et autres problèmes sociaux.

Des compagnies d’assurances ont été invitées, en présence des avocats de l’association, à mettre en lumière les droits du patient dans son parcours d’hospitalisation et à conclure la journée par des exercices d’une demi-heure qui aident à se détendre et à gérer son corps, à récupérer et à gagner en immunité. En guise d’avantage, les participants bénéficieront d’heures d’éducation à la santé pour le citoyen en tant que prévention et pour le patient atteint de cancer en particulier, à travers ce que l’on appelle dans les découvertes de la médecine moderne « la thérapie de renforcement immunitaire » ou « la médecine immunostimulante » par le biais d’une alimentation saine, l’art et le sport. Aux activités de cette journée, ont été conviés, en présence des avocats de l’association, pour mettre en avant les droits du patient dans son parcours d’hospitalisation. Des exercices d’une demi-heure aident à se détendre et à apprivoiser son corps, à récupérer et à gagner en immunité. Enfin, séquences émotions avec les témoignages des malades dans leur combat face à la maladie avec le jeune Saber qui a pu se faire opérer malgré l’absence de prise en charge des assureurs avant le spectacle de clôture enjoué avec du luth. Mme Zarrouk a été chaleureusement remerciée par l’assistance pour son dévouement pour un meilleur traitement des malades du cancer afin de leur redonner espoir pour une vie honorable et digne.

Mohamed Salem Kechiche

Toute l'actualité


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

Droits d'utilisation

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !