Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous


Affiche prévention Covid-19 Algérie


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Août/Septembre 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque jeudi, la lettre d'informations de Santé Maghreb.

Inscriptions et désinscriptions

Revue de presse

Il y a actuellement 13998 articles disponibles dans la Revue de presse

Maroc Chloroquine : Pourquoi il faut l’autoriser à domicile

16/09/2020 | L'économiste | Maroc | Lire l'article original

« Il faudrait assurer la prescription de la chloroquine pour les patients en isolement à domicile, en impliquant le secteur privé ». C’est la conviction de Mohamed Mounir Mikou, anesthésiste-réanimateur, membre de la Société marocaine d’anesthésie d’analgésie et de réanimation (SMAAR). « Car, aussitôt prise, aussitôt le malade est guéri, et ne présente pas de complication. C’est le principe même de l’efficacité du traitement à la chloroquine », argue-t-il.

Pour aller vite, dès les premiers symptômes de l’infection, et bien avant la fin de la première semaine, ce traitement évite aux patients une dégradation de leur état. « Et les études, à l’échelle internationale l’ont bien montré… Pour les patients qui arrivent à l’hôpital dans une situation grave, le traitement à la chloroquine s’avère inefficace, car il est administré à un stade tardif, quand les complications commencent déjà à s’installer », explique Mikou.

Pour pouvoir lancer le protocole du traitement à la chloroquine, le diagnostic des cas suspects doit s’opérer le plus tôt possible, d’où l’importance des tests PCR. « Le tollé mondial concernant l’utilisation de ce traitement et sa pseudo toxicité n’a pas lieu d’être. Il est prescrit depuis toujours pour différentes pathologies, et en prévention au paludisme », explique l’anesthésiste-réanimateur. Et d’ajouter : « La supposée toxicité doit être prise en considération normale. Il ne faudrait pas céder à la pression médiatique et à la polémique, et surestimer son risque ». A ce stade, les médecins prescripteurs de ce traitement ont tendance, si les patients sont à domicile, à éviter la médicalisation à la chloroquine, sous prétexte de l’absence d’une surveillance médicale. Pour y remédier, il faudrait créer un circuit chloroquine pour ces patients, pour qu’ils soient auscultés.

« Les contre-indications de la chloroquine doivent être diagnostiquées, chercher si le malade souffre d’un problème métabolique, oculaire, d’allergie à la chloroquine, d’un antécédent ou d’une anomalie cardiaque…, bref, tout doit être vérifié afin d’éviter les contre-indications du traitement, et prescrire par la suite la chloroquine à domicile », souligne Mikou.
Ce processus suppose de rester à l’écoute du patient pour éventuellement refaire un électrocardiogramme (ECG). Pour y parvenir, les médecins doivent rester mobiles. Ceci représente une énorme charge pour le personnel de santé, surtout avec la flambée des cas. « D’où l’intérêt de l’apport du secteur privé qui n’est toujours pas associé à cette opération, alors qu’il fait partie intégrante du système sanitaire. Il fait partie des premiers recours des patients », renchérit l’ancien anesthésiste de l’hôpital Ghassani. Pour lui, le secteur privé, installé sur tout le territoire, a la possibilité de procéder très rapidement aux ECG, ainsi qu’aux analyses biologiques.

Autre avantage, les médecins du privé connaissent bien leurs patients et leurs dossiers médicaux, et peuvent agir rapidement évitant toute complication. En ce sens, toutes les sociétés savantes n’ont jamais cessé d’appeler à l’implication du secteur du privé dans le traitement du Covid. « Mais, le ministère de la Santé n’a pas réagi croyant qu’il pourrait cerner seul une épidémie qui gagne du terrain », déplore Mikou.

Y.S.A

Toute l'actualité



CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !