Accueil Santemaghreb.com Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Médecine du Maghreb - Revue médicale internationale Maghrébine - Plus d'informations


Suivez-nous


Affiche prévention Covid-19 Algérie


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque jeudi, la lettre d'informations de Santé Maghreb.

Inscriptions et désinscriptions

PUBLICATIONS MEDICALES - Maroc


Docteur Abdelmajid BouzerdaMarocDissection spontanée des artères coronaires : une cause rare de syndrome coronarien aigu chez la femme jeune

A. Bouzerda, Z. Lakhal, Y. Moutakiallah, L. Bendriss, A. Khatouri - Maroc

Publié dans Médecine du Maghreb 255 - Juin 2019 - pages 21-26

Résumé

La Dissection Spontanée des Artères Coronaires (DSAC) est une cause rare des syndromes coronariens aigus. Elle est plus fréquente chez la femme jeune. Sa prise en charge n’est pas codifiée et son traitement un grand challenge pour le cardiologue interventionnel. Nous rapportons l’observation d'une femme âgée de 39 ans, hospitalisée pour STEMI. Elle n’avait pas de facteurs de risque cardiovasculaire hormis la notion de prise d’une une contraception orale. La coronarographie a montré une dissection distale de l’artère interventriculaire antérieure avec un flux TIMI-III. Elle a été traitée de façon conservatrice avec une évolution clinique favorable. Un contrôle coronarographique réalisé deux mois plus tard a montré une cicatrisation complète de la dissection....


Monsieur Hicham TitouMarocProfil épidemio-clinique des affections cutanées chez les réfugiés syriens vivant dans le camp de Zaatari

H. Titou, S. Saghir, N. Hjira - Maroc

Publié dans Médecine du Maghreb 253 - Novembre/Décembre 2018 - pages 40-44 - Lire la suite


Docteur Abdelmajid BouzerdaMarocAnomalies de connexion proximale des artères coronaires. A propos de trois cas et une revue de la littérature

A. Bouzerda, Z. Lakhal, L. Bendriss, A. Khatouri - Maroc

Publié dans Médecine du Maghreb 253 - Novembre/Décembre 2018 - pages 23-28 - Lire la suite


Monsieur Hicham TitouMarocErysipèle récurrente : données épidémiologiques, cliniques et facteurs de risques

H. Titou, N. Hjira - Maroc

Publié dans Médecine du Maghreb 252 - Sept./Oct. 2018 - pages 37-42 - Lire la suite


Docteur Abdelhakim ElyajouriMarocProfil des maladies digestives des enfants du camp des réfugiés syriens à Zaatari, expérience marocaine de l’hôpital militaire de campagne à Zaatari (Jordanie 2014-2015)

A. Elyajouri, A. Agadr - Maroc

Publié dans Médecine du Maghreb 252 - Sept./Oct. 2018 - pages 32-36 - Lire la suite


Toutes les publications




REVUE DE PRESSE - Maroc

MarocAbdelkrim Meziane Bellefqui : Nous aspirons à ramener le taux de reproduction du Covid-19 à une valeur inférieure à 1

Libération - Maroc - 16/09/2020

Le ministère de la Santé a indiqué mardi que le plan national de lutte contre le coronavirus aspire à faire baisser le taux de reproduction du virus à un taux inférieur à 1 et ce à court terme. Dans une présentation du bilan bimensuel relative à la situation épidémiologique liée au Covid-19, le chef de division des maladies transmissibles à la Direction de l'épidémiologie et lutte contre les maladies au ministère de la Santé, Abdelkrim Meziane Bellefqui a souligné que le taux de reproduction du virus est stable actuellement à 1,11 et que l'ambition est de le faire baisser à un taux inférieur à 1.

MarocNon, les enfants ne sont pas des « super-contaminateurs »

L'économiste - Maroc - 16/09/2020

Contrairement à l’idée largement répandue au début de la pandémie, les enfants ne semblent pas être de « super-contaminateurs » au coronavirus. Ils sont jugés moins contagieux que les adultes. « A l’échelle mondiale, la probabilité qu’un enfant de moins de 15 ans soit porteur du virus et puisse le transmettre est de 1,1%. Pour la tranche allant jusqu’à 19 ans, elle est de 2% », relève Jaâfar Heikel, épidémiologiste spécialiste des maladies infectieuses, également économiste de la santé.

VOIR AUSSI


Toute l'actualité


Rencontres Africaines de Nutrition Infantile (RANI) - Site sur la nutrition infantile en Afrique








CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !