Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Revues et ouvrages médicaux
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?


Point de vue

Envenimation scorpionique en Algérie
F. ALIANE
Centre Anti-Poisons d’Alger - CHU Bab El Oued – Alger

Le scorpion tueur en Algérie

Le scorpion tueur en Algérie

Bionomie du scorpion

Le scorpion est considéré comme le plus vieil animal au monde (500 millions d’années).
Il s’agit d’un animal nocturne, actif en été, se nourrissant de proies fraîchement tuées ou vivantes, résistant aux agressions thermiques, au jeune (il peut rester 1 an sans manger), à la déshydratation (40%), à l ’asphyxie, aux infections microbiennes et même aux irradiations (il a été retrouvé vivant après les essais nucléaires de Reggane en 1956).
Il serait néanmoins sensible aux pesticides ?

Son venin est constitué de deux parties :

  • une partie non toxique : hémolymphe
  • une partie toxique : atoxines , polypeptides de faible poids moléculaire(60aa) stabilisées par 4 ponts disulfures ( insectitotxines, mammotoxines ; crustotoxines)

C’est le venin le plus rapide au monde. Il s’agit d’une neurotoxine (prolongation de l ’ouverture du canal à sodium), stable à pH acide, thermorésistant, miscible à l ’eau et pouvant se conserver plusieurs années.

L’envenimation scorpionique est un problème de santé publique en Algérie selon l’OMS. En effet, chaque année on dénombre en moyenne :

  • 25 000 à 50 000 piqûres/an
  • 100 à 200 décès/an

Pour l’année 2004, on a dénombré 44653 piqûres ayant entraîné 81 décès.

28 wilayas, sur les 48 que compte le pays, sont concernées par ce problème.

Envenimation scorpionique et décès - année 2004
Wilaya Piqures Décès
El Oued 5929 13
Ouargla 4315 11
Djelfa 3685 9
M'Sila 4315 7
Tamanrasset 1046 7
Biskra 5695 6
Ghardaia 1745 3
Naama 1394 3
Tiaret 1298 3
El Bayad 1358 2
Khenchela 280 2
Adrar 4709 1
Batna 998 1
B. B. Arreridj 401 1
Total 37 168 81

Evolution du nombre de piqures scorpioniques et des décès

Un comité national de lutte anti-scorpionique (CNLAS) constitué d’épidémiologistes, de réanimateurs, de biochimistes, de toxicologues et de membres de l’institut Pasteur et de la protection civile, organise chaque année un séminaire au niveau de la wilaya ayant le plus fort taux de mortalité par envenimation scorpionique. Ce séminaire procède à :

  • Une présentation du bilan annuel
  • Une formation et information des professionnels de la santé
  • Une sensibilisation des autorités locales et de la population
  • Une prévention des risques sur l ’emploi des pesticides

Lutte anti-scorpionique

lors de la lutte anti-acridienne 1988-1989, les épidémiologistes ont constaté un effet réducteur des pesticides (utilisés dans les campagnes antiacridennes) sur les population de scorpions.

Des essais pilotes sont réalisés dans 5 régions (Biskra, Ouargla, Ain Sefra, Naâma, M’sila) avec 2 produits : le malathion 95 % et la deltamethrine à 3 % après des essais expérimentaux sur scorpions menés en laboratoire avec ces deux produits qui sont néanmoins extrêmement toxiques pour l’homme.
La lutte chimique antiscorpionique a débuté en 1991 avec ces deux produits. La période d’aspertion est Juin-juillet.

Molécules Volume utilisé Superficie traitée Concentration
Malathion 95% 5 060 L 33,73 Ha 15 ml/m2
Deltamétrine 2% 600 L 4 Ha 1,5 ml/m2

Le scorpionisme est un problème de développement et d ’intersectorialité (l’homme a utilisé les gîtes d’habitation des scorpions pour construire certaines villes dans le sud du pays). Pour lutter efficacement contre l’envenimation scorpionique, il faut :

  • Développer une prise en charge sanitaire de proximité ;
  • Insister sur le ramassage utile ;
  • Développer la lutte biologique( élevage des prédateurs) ;

Quant à la lutte chimique, elle doit être réglementée (maîtrisée, contrôlée et utilisée en dernier recours dans les régions à haut risque, car les pesticides inhibiteurs de l ’activité cholinestérasique sont, malheureusement, les pourvoyeurs du plus grand nombre de décès).

Ainsi pour l’année 2005, au niveau de la wilaya de Ouargla (où l’on compte déjà un décès par piqûre de scorpion au mois de mai) la campagne de lutte a déjà débuté au niveau des quatre secteurs sanitaires avec une formation spécifique des personnels de santé, la répartition du vaccin et une campagne de nettoyage et d’hygiène publique.

Cartographie du risque scorpionique en Algérie

 

F. ALIANE
Centre Anti-Poisons d’Alger - CHU Bab El Oued – Alger
- 24 mai 2005

Valid XHTML 1.0! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2005 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.