Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Revues et ouvrages médicaux
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?


Point de vue
Les épilepsies
Professeur M. CHAOUCH
Service de Neurophysiologie - Hôpital Ben Aknoun - Alger

Les épilepsies sont des affections chroniques d'étiologies diverses caractérisées par la répétition de crises résultant d'une décharge excessive des neurones cérébraux, quelques soient les symptômes cliniques.
Une crise épileptique unique et les crises épileptiques accidentelles de même que la répétition de crises épileptiques au cours d'une affection aiguë n'entrent pas dans le cadre des épilepsies. La démarche du clinicien a pour objectif la définition précise du syndrome épileptique dont souffre le malade et qui conditionne le traitement et le pronostic en s'aidant au besoin d'explorations éléctroencéphalographique ou neuro-radiologique. Ainsi on pourra, selon la classification internationale des syndromes épileptiques (1989), identifier celles qui sont partielles (ou focales et qui peuvent secondairement se généraliser) et celles qui sont d'emblée généralisées.

Chacun de ces 2 groupes et subdivisé :

  • en épilepsies idiopathiques caractérisées par un développement psycho-moteur et un examen neurologique normaux, l'absence d'anomalie neuro-radiologique, la prépondérance des facteurs génétiques et la mise en évidence de crises dont la survenue est liée à l'age.
  • en épilepsies symptomatiques où une lésion cérébrale patente est directement responsable de l'épilepsie.
  • en épilepsies cryptogénétiques lorsque la lésion supposée être responsable de l'épilepsie n'a pas pu être mise en évidence malgré un tableau clinique différent de celui d'une épilepsie idiopathique.

La prévalence élevée de l'épilepsie, entre 0,9 et 5,7 pour 1000 habitants pour les pays en développement, fait que cette maladie chronique pose un problème majeur de santé publique. Ceci souligne d'une part l'importance de sa prise en charge thérapeutique adéquate et d'autre part la nécessité d'actions préventives.

Sur le plan thérapeutique, il est reconnu que les anti-épileptiques classiques, bien utilisés dans le cadre avant tout d'une monothérapie, permettent de contrôler les crises chez près de 70 % des patients ; les nouvelles molécules, plus coûteuses trouvent leur place lorsque les antiépileptiques classiques ont été inefficaces ou sont mal supportés ; le traitement chirurgical ne pourra être envisagé qu'après échec d'un traitement médical bien conduit où la participation du malade ou de sa famille constitue un élément essentiel. Le praticien doit donc maîtriser les connaissances pharmacologiques nécessaires pour conduire ce traitement tout en expliquant au malade les précautions à prendre et surtout l'intérêt primordial de l'observance.

Au plan préventif, toutes les mesures visant à réduire le nombre de souffrance fœtale in utéro, à améliorer les conditions de l'accouchement, à mieux prendre en charge les convulsions fébriles chez les enfants et à réduire les traumatismes crâniens sont à souligner dans le cadre de cette prévention.

De plus la mise en évidence par la biologie moléculaire de l'intervention de facteurs génétiques dans un grand nombre de types d'épilepsies ouvre la voie à des actions préventives nouvelles où le conseil génétique à une place privilégiée.

Professeur M. CHAOUCH - Service de Neurophysiologie - Hôpital Ben Aknoun - Alger - 27 février 2004

 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.