Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

La production pharmaceutique en Algérie - Janvier 2016

Zahir SERRAI
Founder & President of Serrai Invest Capital Ltd - Freelance Press Analyst

Proposé par L. Abid

Deuxième marché pharmaceutique sur le continent africain après l’Afrique du Sud, avec des ventes annuelles totalisant 3 milliards de dollars, l’Algérie, qui détient des réserves d’hydrocarbures considérables, est particulièrement attrayante pour les groupes pharmaceutiques internationaux.

La demande de médicaments affiche une croissance à deux chiffres, portée par un ensemble de facteurs divers.
La hausse des ventes s’explique en grande partie par la mutation démographique que connait actuellement l’Algérie : le pays, dont la population atteint 39,5 millions d’habitants, enregistre une croissance importante du nombre d’adolescents et de personnes âgées par rapport au reste de la population, selon l’ONU. Le ratio de dépendance démographique, qui désigne la proportion des personnes de moins de 15 ans et de plus de 64 ans par rapport à la population en âge de travailler, était de 52% l’année dernière, selon les chiffres publiés par la Banque Mondiale.

De plus, comme c’est le cas pour de nombreux marchés émergents, l’augmentation du niveau de vie s’est accompagnée d’une transition épidémiologique et les maladies infectieuses ont fait place à des maladies chroniques associées à un mode de vie, tels que le diabète, nécessitant des traitements plus complexes et plus coûteux.

En outre, la consommation de produits pharmaceutiques est stimulée par le système de santé algérien, qui offre une couverture quasi universelle et une gratuité des soins. Les Algériens ont également directement accès aux médicaments grâce à la carte à puce individuelle CHIFA : lancée en 2007, elle permet de bénéficier du tiers payant dans un réseau de plus de 10 000 pharmacies participantes.

Les frais à la charge du patient représentent seulement 20,9% de l’ensemble des dépenses de santé en Algérie, selon l’Institut de Prospective Economique du Monde Méditerranéen (IPEMED), un chiffre bien moins élevé qu’en Tunisie (39,8%) ou qu’au Maroc (53,5%).

La législation interdisant l’importation des médicaments qui sont déjà produits en Algérie, introduite en 2008 puis étendue en 2012, joue un rôle important de moteur de croissance.

« L’impact clé des mesures visant à réduire les importations consistera en une accélération de la production locale de produits pharmaceutiques, » a déclaré à OBG Habib Bennaceur, directeur Afrique du Nord et de l’Ouest du groupe pharmaceutique multinational Astra Zeneca.

Les importations de produits pharmaceutiques ont chuté de 24,7% au cours des neuf premiers mois de l’année 2015, pour s’établir à 1,37 milliard de dollars, selon l’Office National des Statistiques algérien.

Le prix des médicaments importés évolue également à la baisse, selon le Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière (MSPRH), suite à des négociations avec des entreprises pharmaceutiques. Un nouveau système de tarification a été adopté, basé sur la comparaison des prix à l’international et destiné à obtenir les meilleurs prix pour l’Algérie.

Entre temps, la production nationale a enregistré une hausse considérable, à hauteur de 41% l’an dernier, selon des chiffres publiés par le MSPRH, tandis que le nombre d’usines et d’unités de production du secteur pharmaceutique installées dans le pays est désormais de 132, et que 230 nouveaux projets sont en cours de réalisation.

Retour page d'accueil - Afficher tous les points de vue


Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2016 Santé tropicale - APIDPM. Tous droits réservés. Site réalisé et développé par Santé tropicale - APIDPM