Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Revues et ouvrages médicaux
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Point de vue
Dotation des services de santé en personnels paramédicaux
D'après rapport établi par M.K. GRABA Professeur d'épidémiologie Ministère du travail et des affaires sociales

 

Les normes de dotation des services de santé en personnels paramédicaux restent à définir dans notre pays.
Cette normalisation est importante compte tenu des demandes faites par les chefs de services hospitaliers et de l'offre proposée par les gestionnaires des hôpitaux.
Cette normalisation des effectifs des personnels paramédicaux dans les services hospitaliers suppose trois conditions :

  • la catégorisation des structures de santé
  • le recensement des activités des services
  • la définition des postes de travail de ces personnels

Si la première condition est relativement bien définie, les deux autres ne le sont pas encore à l'heure actuelle.
En vue d'aboutir à des repères en matière de dotation des services, une étude a été menée dans trois structures hospitalières : un CHU (Béni-Messous), un hôpital de daïra (240 lits - Chlef) et un hôpital de plus faible capacité (Bou-Saada) et ceci pour les spécialités médicales suivantes :

  • la chirurgie générale
  • la médecine interne
  • la gynéco-obstétrique
  • la pédiatrie
  • le laboratoire
  • la radiologie

Nous rapportons les résultats pour les disciplines d'hospitalisations.
En vue de déterminer le temps moyen journalier de l'activité de soins, les malades ont été répartis en patients nécessitant :

  • des soins de haute intensité (réanimation)
  • des soins d'intensité intermédiaire (sous traitement)
  • des soins d'intensité minimum (en attente lors de l'admission ou de la sortie)

selon les services, l'observation s'est intéressée :

  • aux techniciens supérieurs et techniciens en soins infirmiers
  • aux techniciens anesthésistes et sage-femmes dans les blocs opératoires et d'accouchement.

Tableau I : Temps consacré au malade pendant 24 heures en fonction du type de malade et de la discipline.

Hôpital   Temps consacré au malade en minutes
    Haute intensité Intensité intermédiaire Intensité minimum
BENI MESSOUS C 88 mn 46 mn 27 à 58 mn
M 94 mn 45 mn 45 mn
P 90 mn 55 mn 45 mn
GO 98 mn 35 mn 25 mn
CHLEF C 122 mn 45 mn -
M - 45-60 mn 20 mn
P - 45-60 mn 30 mn
GO - 30 mn 25-30 mn
BOU SAADA C 81 mn 80-100 mn 30 mn
M 58 mn 30-45 mn 30-40 mn
P - 40-50 mn -
GO - 40-50 mn 30 mn

 

Tableau II : Temps consacré a l'acte en minutes en fonction de l'hôpital et de la discipline.

Hôpital   Temps consacré à l'acte en minutes
BENI MESSOUS Salle d'accouchement 20 à 168 mn
Bloc opératoire 157 mn
CHLEF Salle d'accouchement 20 à 90 mn
Bloc opératoire 40 à 100 mn
BOU SAADA Salle d'accouchement 45 à 120 mn
Bloc opératoire 35 à 90 mn

 

Le temps moyen consacré au malade pendant 24 heures a été calculé en fonction du type de malade, de la discipline et du secteur sanitaire.

  • Le temps consacré par le personnel soignant à des activités de soins est fixé à 4 heures (240 mn) au cours d'une durée de travail de 8 heures.
  • L'effectif théorique = temps global consacré aux malades pendant 24 heures/240
  • La dotation réelle en personnel soignant s'obtient en multipliant la dotation théorique par le coefficient moyen d'occupation du service.
    • Exemple : pour un service de chirurgie de 30 lits comprenant 5 lits de haute intensité, 20 lits d'intensité intermédiaire et 5 lits d'intensité minimum, le temps global consacré aux malades pendant 24 heures est compris entre :
      • 106x5 + 82x20+ 39x5 = 2365 mn
      • 88x5 + 40x20 + 23x5 = 1355 mn
  • La dotation théorique en personnel soignant est comprise entre 6 et 10
  • Si l'on considère que le taux d'occupation moyen est de 80%, la dotation réelle est comprise entre 8 et 5.

En utilisant la même démarche, l'auteur arrive aux chiffres suivants pour le personnel du bloc opératoire et des salles de travail (d'accouchement) :

  • Salle de travail : temps compris entre 26 et 104 mn : 2 sage-femmes pour un service réalisant 20 accouchement/24 heures.
  • Bloc opératoire : temps compris entre 32 et 166 mn : 2 techniciens anesthésistes pour un bloc réalisant 3 à 18 interventions par 24 heures.

Remarque : la lecture de cette étude théorique montre qu'elle n'est pas réalisée par un médecin de terrain car il ne fait intervenir que deux paramètres à savoir le temps consacré à un acte de soins et le temps consacré au malade.
Il ne tient pas compte des spécificités du travail posté et des gardes qui doivent être couvertes par un personnel soignants même en l'absence de patients.
Pour ce qui est du personnel paramédical du bloc opératoire il ne prend en compte que le seul technicien anesthésiste pour lequel d'ailleurs il ne compte que l'acte d'anesthésie en lui-même or cet acte peut avoir des conséquences et doit nécessiter un suivi après le réveil du malade.
L'instrumentiste et le panseur du bloc est ignoré comme c'est le cas dans la réalité or leur travail est important pendant l'acte opératoire mais également avant et après l'acte.
Cette vue très limitée des besoins en personnel paramédical fait que nous souffrons énormément de la pénurie en personnel dans les services ''chauds'' à savoir les unités de réanimation, le bloc opératoire et les salles de travail.

Professeur Larbi Abid 05 mars 2003


 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.