Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Revues et ouvrages médicaux
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Point de vue

Formation médicale continue des médecins généralistes et spécialistes

Au praticien hospitalo-universitaire incombent divers rôles, tout d'abord celui de la prise en charge des malades mais aussi la formation des étudiants et des médecins ayant achevés leurs études : les médecins généralistes et les spécialistes.

Le travail de l'enseignant est difficile car il représente une charge avec de nombreux obstacles :

  • Cet enseignement est bénévole et donc peu de praticiens sont motivés pour l'entreprendre.
  • Il s'adresse à des omnipraticiens adultes ayant déjà une expérience professionnelle et des habitudes tant en matière de diagnostic , de thérapeutique que de prévention.
  • Un autre obstacle de taille est représenté par l'absence de programme d'enseignement déjà établi à l'échelle nationale. Aussi, ce sont les équipes qui choisissent les différents thèmes.
  • N'ayant pas reçu de formation pédagogique, l'enseignement est prodigué sans que les buts et les objectifs aient été précisés et sans utilisation des outils pédagogiques modernes.
  • Enseigner en fin de journée ou après une semaine chargée, est difficile.
  • De même pour les participants, il est souvent impossible de retenir la masse de connaissance qui leur est soumise en quelques heures.
  • La conférence qui est le moyen utilisé par la majorité des enseignants n'est pas le plus efficient pour transmettre un tel message vu que les participants se trouvent en situation passive.

Malgré tous ces obstacles et anomalies, la FMC est un enjeu primordial afin d'assurer une qualité des prestations de soins de santé publique et aussi une relève professionnelle. Auparavant, il faudra réfléchir et revoir totalement cette FMC.
On doit commencer par :

  • définir les buts à atteindre
  • établir un programme d'enseignement adapté à la prise en charge de certaines maladies chroniques prévalantes dans notre pays (HTA, RAA etc.).

S'il est intéressant de proposer ponctuellement des conférences faites par des spécialistes de la question, il est des plus urgent de modifier notre comportement et d'utiliser des méthodes pédagogiques modernes.
L'atelier de formation est le moyen le plus utilisé au Canada, en Europe et aux USA pour la formation médicale continue.

Sur une journée, 20 à 30 praticiens peuvent être formés avec des cas cliniques simulés proposés à des groupes de travail de 4 à 5 personnes.
Ils sont discutés et synthétisés en séance plénière.
Une telle expérience ne peut être qu'enrichissante tant pour la personne formée qui est active durant le stage que pour le formateur. L'atelier est un véritable lieu d'échanges d'expériences, c'est un instrument de réflexion essentiel pour atteindre les objectifs fixés.
Il est l'occasion d'acquérir non seulement des connaissances, mais aussi un savoir être et un savoir faire. Il permet de simuler la réflexion, la curiosité des praticiens formés.
Il peut aider à créer un réseau de praticiens pour l'amélioration de la prise en charge d'une pathologie donnée.

L'atelier n'est pas en soi un lieu d'évaluation de l'omnipraticien, mais une évaluation à distance peut être proposée afin d'observer s'il y a modification du comportement (pour le diagnostic, la prise en charge thérapeutique ou le suivi du malade).

Afin de pouvoir optimiser la réussite de l'atelier, les enseignants doivent être aidés en mettant à leur disposition des moyens de reprographie, une salle adaptée et la prise en charge des participants (restauration, hébergement).
Les enseignants doivent accepter à la fin de l'atelier, leur évaluation par les participants. Cette dernière concerne non seulement le contenu du programme proposé mais aussi la qualité de l'animation, de la prise en charge, de la gestion du temps etc.
Ils pourront suggérer certaines recommandations aux formateurs afin d'améliorer le déroulements des futurs ateliers.

En conclusion, nous rappelons qu'il est du devoir de tout enseignant de s'impliquer dans un programme de formation continue performante et efficiente ; la tutelle devant mettre un minimum de moyens matériels et financiers.
Par la réussite de cette formation, on verra s'améliorer la prise en charge de nos malades.

S. AYOUB , Docent en médecine interne 24 février 2003


 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.