Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Compte-rendu des 3èmes entretiens d'éthique et de déontologie - Alger 21/12/2002

Le conseil de l'ordre des médecins d'Alger a organisé les 20 et 21 décembre 2002 les 3èmes entretiens d'éthique et de déontologie.
Cette manifestation a été l'occasion d'honorer un certains nombre de médecins décédés ou en retraite et de parapher une convention de jumelage entre les conseils de l'ordre des médecins d'Alger et de Paris, en présence du docteur ABAD, ministre de la formation professionnelle.

Le programme scientifique de la manifestation en elle-même a intéressé les points suivants :

  • bioéthique et religion par le docteur Dalil BOUBEKEUR recteur de la mosquée de Paris et vice-président du conseil de l'ordre des médecins de Paris.
  • l'éthique médicale face à l'art médical par le professeur Said CHIBANE, ancien ministre des affaires religieuses.
  • 4 années d'activité du conseil de l'ordre d'Alger par le docteur Mohamed BEKKAT BERKANI, président du conseil de l'ordre d'Alger.
  • Responsabilité civile et pénale du médecin par maître Mohamed BELLIL du Conseil d'Etat.
  • Attitudes médicales face à la révélation d'un pronostic grave par le docteur P. BICLET du conseil de l'ordre de Paris.
  • Le secret professionnel dans l'exercice médical par maître O. PAOLETTI avocat du conseil de l'ordre des médecins de Paris.
  • Le dossier médical par maître D. CHABENET-GHANEM avocat du conseil de l'ordre des médecins de Paris.
  • La responsabilité médicale et les médias par maître K. BOURAYOU avocat du barreau d'Alger.

Lors de sa conférence bioéthique et religion, le docteur BOUBEKEUR a rappelé que dans le Coran il existe 150 versets consacrés au droit et 750 versés consacrés à la réflexion sur la science et la connaissance.
L'éthique est un engagement moral est humaniste. La mission du médecin est de prévenir et de guérir et de ne pas nuire.
Il a rappelé la phrase d'Averroès : "il n'y a pas de contradiction entre la vérité de la foi et la vérité de la science car toutes deux viennent de Dieu".
Selon Dalil Boubekeur, la réflexion de la bioéthique doit être la valorisation de l'être humain du point de vue spirituel. Il y a du sacré dans l'homme.

Abordant le problème des greffes d'organe, le docteur Dalil Boubekeur rappelle également que la charria protège l'homme dans son intégralité et dicte la bioéthique. Il précise cependant qu'en cas de nécessité extrême, l'interdit dans la religion put être autorisé. Ainsi si le corps humain doit être respecté mort ou vivant, le don d'organe est licite (sourate 5 , verset 32 du Coran).
Même les xénogreffes sont licites en cas de nécessité vitale.

Abordant la question de la procréation médicale assistée (PMA), le docteur BOUBEKEUR considère qu'en matière de fécondation in-vitro (FIV) seule la fécondation de gamètes légitimes est licite selon le droit musulman. La mère porteuse ne peut se concevoir selon la charria.
L'I.V.G. non mais l'I.T.G. (interruption thérapeutique de grossesse) oui, mais plusieurs questions se posent ?

  • si les atteintes graves du développement du tube neural tel que l'anencéphalie qui est létale ne pose pas de problème pour ce qui est de l'I.T.G., qu'en est-il de la spina-bifida, de la trisomie 21, de maladies génétiques graves (mucoviscidose, syndrome de l'X fragile etc.)
  • la thérapeutique génique doit respecter le génome humain. L'eugénisme est interdit de même que le clonage humain bien que le clonage d'organes à visée thérapeutique puisse se discuter. Il n'y a pas de contrainte en religion. C'est dieu qui donne la maladie et c'est lui qui guérit ; le médecin n'est qu'un effecteur.

Lors des débats qui ont suivi cette conférence, d'autres interrogations sont venues de l'assistance telles que :

  • la stérilisation qui est considérée en islam comme un crime contre l'humanité
  • l'I.V.G. en cas de viol
  • le moment de l'I.T.G. : avant le 40ème ou le 120ème jour ?
  • En matière de procréation médicalement assistée, qu'en est-il :
    • Des embryons surnuméraires et de leur réduction
    • De la congélation des embryons, qui se pratique déjà en Tunisie et au Maroc.
    • De la durée de la congélation : 5 ans ? et après ?

Comme on peut le deviner, cette séance ne pouvait trouver de réponse à toutes les questions soulevées par les nouveaux défis de la science.


 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.