Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Les Accidents Domestiques chez l'Enfant
Résultats de l'enquête réalisée en 2000 par l'INSP

Préambule

Les accidents domestiques représentent le type même d'événement de morbidité aiguë évitable. Chez l'enfant, ces accidents peuvent occasionner des lésions organiques et/ou fonctionnelles majeures à l'origine d'un handicap confirmé. L'estimation exhaustive de ces accidents est difficile à obtenir, car l'analyse de la situation causée par ces accidents domestiques repose sur les cas répertoriés dans les structures de santé, bon nombre de cas n'arrivant pas dans ces structures.
La prévention des accidents domestiques de l'enfant doit tenir compte de la multitude des facteurs de risque et des circonstances d'apparition de l'événement. L'approche préventive sera basées sur 3 axes :

  • une bonne connaissance de la situation épidémiologique,
  • une stratégie efficiente d'information, d'éducation et de communication visant à modifier les attitudes et les comportements de la population
  • une révision concernant la réglementation et les normes de sécurité des produits divers à l'origine des accidents observés chez les enfants.

Cette approche nécessairement multidisciplinaire et multisectorielle, doit tenir compte de la multitude des facteurs de risque et des nombreuses circonstances d'apparition.
La démarche proposée doit permettre d'entraîner une diminution de la fréquence de ces accidents et notamment les plus graves d'entre eux, responsables de handicaps parfois sévères, à l'origine de surcoût considérable pour les services de santé.

Professeur N. ZIDOUNI - Directeur Général de l'INSP

Problématique

Si les statistiques de mortalité concernant les accidents sont établies de façon routinière et sont fiables, la fréquence des accidents non mortels est, quant à elle mal connue, du fait des difficultés de recueil des données. Au-delà des statistiques de morbidité, il faut aussi prendre en compte les handicaps dont le nombre est en croissance constante, dont le coût socio-économique est lourd et difficilement supportable, et pour lesquels les structures de réadaptation font largement défaut. Les accidents domestiques chez l'enfant suscitent beaucoup d'intérêt dans le monde en raison de leur fréquence et de leur gravité.
Le recueil de l'information et les enquêtes dans ce domaine sont des tâches difficiles à effectuer en raison des problèmes méthodologiques liés aux nombreux objectifs que l'on se fixe, à la longueur des supports et à la sous déclaration.
Néanmoins, une réflexion devrait être lancée pour obtenir à son issue un système de recueil simple, avec des objectifs clairs et précis, couplée à des enquêtes circonscrites. La genèse d'un accident est conditionnée par de nombreux facteurs sur lesquels il faut essayer d'agir afin d'éviter que cet accident ne se reproduise.

Dans le monde , dans son rapport sur la santé dans le monde en 2001 , l'O.M.S. donne des estimations sur les causes de décès et de charge de morbidité pour l'année 2000 :

  • Les traumatismes non intentionnels représentent 6,1 % du total des cause de décès dans le monde.
  • Les chutes représentent 0,5 % du total des cause de décès dans le monde.
  • Les brûlures représentent 0,4 % du total des cause de décès dans le monde.
  • Les noyades représentent 0,8 % du total des cause de décès dans le monde.
  • Le poids des décès par chutes sur les décès par traumatisme non intentionnel est de 83 ‰.
  • Le poids des décès par brûlures sur les décès par traumatisme non intentionnel est de 69 ‰.
  • Le poids des décès par noyades sur les décès par traumatisme non intentionnel est de 132 ‰.
  • Le poids de la charge de morbidité en année de vie corrigées de l'incapacité (AVCI) par chutes sur la charge de morbidité en AVCI par traumatisme non intentionnel est de 143 ‰.
  • Le poids de la charge de morbidité en année de vie corrigées de l'incapacité (AVCI) par brûlure sur la charge de morbidité en AVCI par traumatisme non intentionnel est de 73 ‰.
  • Le poids de la charge de morbidité en année de vie corrigées de l'incapacité (AVCI) par noyades sur la charge de morbidité en AVCI par traumatisme non intentionnel est de 97 ‰.
  • Les accidents domestiques tuent chaque année 18000 personnes en France, soit deux fois plus que les accidents de la route et la plupart de ces victimes sont des enfants.

Selon l'enquête décennale sur la santé et les soins médicaux de 1991, on estime à environ 8,4 millions les accidents de la vie courante ayant nécessité au moins un recours au médecin ou au pharmacien au cours de l'année 1991. Cette enquête a montré aussi que la nature des accidents varie selon le sexe et l'âge.

L'enquête Européenne permanente Ehlass réalisée depuis 1986 dans les services d'urgence de huit hôpitaux français renseigne sur les causes, les mécanismes et les conséquences en terme d'hospitalisation des accidents qui conduisent à ses services.

Elle montre des risques très diversifiés selon l'âge, et on peut retenir les causes principales d'accidents suivantes :

  • avant un an "chute d'un lieu élevé",
  • 1- 4 ans "intoxication, brûlure, noyade, morsure",
  • 5-15 ans "accidents scolaires".

En Algérie

En Algérie, les différentes enquêtes menées sur les accidents domestiques chez l'enfant situent l'incidence entre 40 et 50 ‰ et prédominent chez l'enfant d'âge préscolaire.

Etudes réalisées en 1987 par le docteur Klouche sur un échantillon représentatif de la population résidente de la daïra d'Hussein Dey (Alger) et celle réalisée en 1988 par le docteur Atek au niveau de l'APC de Sidi Mhamed (Alger).

L'enquête transversale par interrogatoire de tout enfant victime d'un accident domestique se présentant au niveau des services d'urgences, de jour comme de nuit, réalisée par le groupe technique "accidents domestiques de l'enfant" en février et mars 1998 retrouve que le type d'accident est dominé par les chutes dans 40,1 % des cas, les brûlures avec 37 %, suivi d'ingestion de caustiques avec 9,2 %.

L'enquête EDG Algérie 2000 qui a concerné 14543 enfants retrouve que 443 ont été victimes d'un traumatisme et parmi eux 381 (86 %) ont eu un traumatisme accidentel et 62 (14%) un traumatisme intentionnel. Dans les traumatisme accidentels 59,6% sont des accidents domestiques et la prévalence (prévalence du traumatisme durant les deux derniers mois qui précèdent l'enquête) des accidents domestiques est de 15,8 ‰.

Répartition des accidents domestiques selon l'âge et le sexe :
prédominance masculine à tous les âges. Le sexe ratio est de 1,7
Age (ans) Masculin % Féminin % Total %
  Effectif   Effectif      
0-4 291 58,9 203 41,1 494 58,3
5-9 165 69,9 71 30,1 236 27,8
10-14 77 65,8 40 34,2 117 13,8
Total 533 62,9 314 37,1 847 100


Répartition des accidents domestiques selon les antécédents pathologiques :
91,8 % des enfants ne présentent aucun antécédent pathologique
Antécédents pathologiques Effectif % Répartition des accidents domestiques selon les antécédents pathologiques
Aucun 707 91,8
Retard psychomoteur 09 1,2
Epilepsie 06 0,8
Diabète 05 0,6
Déficit sensoriel 03 0,4
Autres 40 5,2
Total 770 100


Répartition des accidents domestiques
selon le nombre de personnes vivant sous le même toit
Nombre de personnes vivant sous le même toit Effectif %
1 à 2 05 0,6
3 à 4 136 17,2
5 à 6 257 32,6
7 et plus 390 49,4
Total 788 100

Répartition des accidents domestiques
selon le nombre d'enfants de moins de 15 ans vivant sous le même toit
Nombre d'enfants de moins de 15 ans Effectif %
1 138 17,6
2 à 4 499 63,8
5 et plus 145 18,5
Total 782 100

Répartition des accidents domestiques selon la profession des parents
Profession Père % Mère % Répartition des accidents domestiques selon la profession des  pères

Répartition des accidents domestiques selon la profession des  mères
Industriel 8 1 0 0
Commerçant 131 17 2 0,3
Cadre supérieur 36 4,7 16 2,3
Cadre moyen 31 4 12 1,7
Enseignant fondamental 20 2,6 18 2,5
Employé 229 29,7 24 3,4
Ouvrier qualifié 137 17,8 6 0,8
Ouvrier non agricole 1 0,1 0 0
Ouvrier agricole 74 9,6 7 1
Retraité 15 1,9 1 0,1
Sans profession 89 11,5 623 87,6
Etudiant 0 0 2 0,3
Total 771 100 71 100

 

Répartition des accidents domestiques selon le niveau d'instruction des parents
Niveau d'instruction Père % Mère % Répartition des accidents domestiques selon le niveau d'instruction des parents
Analphabète 116 18 198 32,8
Primaire 156 24,2 104 17,2
Moyen 148 23 148 24,5
Secondaire 151 23,4 106 17,6
Supérieur 73 11,3 47 7,8
Total 644 100 603 100
Les analphabètes représentent 32,8 % des mères et 18 % des pères. 70,6 % des pères ont un niveau d'instruction primaire moyen ou secondaire alors que cette proportion est de 59,3 % pour les mères.
Les parents de niveau supérieur sont retrouvés dans 11,3 % des cas chez les pères et dans 7,8 % des cas chez les mères.

Répartition des accidents domestiques selon le type d'habitat
Type d'habitat Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le type d'habitat
Maison individuelle 388 48,4
Maison traditionnelle 199 24,8
Immeuble 145 18,1
Précaire 46 5,7
Baraquement 12 1,5
Autres 11 1,3
Total 801 100
L'accident survient dans 48,4 % cas dans les maisons individuelles, 24,8 % des cas dans les maisons traditionnelles et 18,1 % des cas dans les immeubles.

Répartition des accidents domestiques selon le nombre de pièces du logement
Nombre de pièces Effectif %
1 pièce 104 13,1
2 - 3 400 50,6
4 et plus 287 36,3
Total 791 100

Répartition des accidents domestiques selon le lieu de l'accident
Lieu de l'accident Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le lieu de l'accident
Chambre 248 29,8
Cour jardin 173 20,8
Cuisine 170 20,4
Escalier 101 12,1
Salle de bain 26 3,1
Autres 114 13,7
Total 832 100
L'accident survient dans 29,8 % des cas dans la chambre, 20,8 % dans la cour et le jardin et 20,4 % dans la cuisine.

Répartition des accidents domestiques selon l'heure de survenue de l'accident
Heure de l'accident Effectif % Répartition des accidents domestiques selon l'heure de survenue de l'accident
8-9 53 6,6
10-11 145 18
12-13 111 13,8
14-15 88 10,9
16-17 122 15,1
18-19 113 14
20-22 142 17,6
23-24 30 3,7
Total 804 100
L'accident survient dans 64,4 % des cas pendant la journée (8h et 17h).

Répartition des accidents domestiques selon le type d'accident
Type d'accident Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le type d'accident
Chute 378 44.9
Brûlure 156 18,5
Lésions traumatiques superficielles 154 18,3
Morsure, piqûre et griffure 40 4,7
Ingestion de caustique 39 4,6
Ingestion de toxique 29 3,4
Corps étranger 28 3,3
Inhalation 14 1,6
Noyade 3 0,4
Total 841 100
Les chutes (44,9 %) représentent l'accident le plus fréquent, suivi par les brûlures (18,5 %) et les lésions traumatiques superficielles (18,3 %).

Répartition des accidents domestiques selon la garde de l'enfant
Garde de l'enfant Effectif %
Seul 374 44,5
Garde habituelle 405 52
Garde occasionnelle 27 3,5
Total 779 100
Les accidents surviennent dans 52 % des cas lorsque l'enfant est soumis à la garde habituelle et dans 44,5 % des cas lorsqu'il est seul.

Répartition des accidents domestiques selon les modalités de survenue de l'accident
Modalités de survenue de l'accident Effectif %
Causé par l'enfant 540 70,4
Impliquant l'environnement matériel 132 17,2
impliquant une tierce personne 95 12,4
Total 767 100
Dans 70,4 % des cas l'accident domestique est causé par l'enfant, alors que l'environnement matériel est impliqué dans 17,2 % des cas.

Répartition des accidents domestiques selon le type d'agent causal
Agent causal Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le type d'agent causal
Traumatisme 577 68,1
Brûlure 156 18,4
Ingestion 91 10,7
Inhalation 20 2,4
Noyade 3 0,4
Total 847 100

Répartition de l'agent causal des traumatismes
Traumatisme Effectif % Répartition de l'agent causal des traumatismes
Chute 376 65,3
Plaie 134 23,3
Morsure 27 4,7
Ecrasement 26 4,5
Griffure 8 1,4
Piqûre 5 0,9
Total 576 100
65,3 % des accidents domestiques causés par un traumatisme sont dus aux chutes et 23,3 % aux plaies.

Répartition de l'agent causal des brûlures
Brûlure Effectif % Répartition de l'agent causal des brûlures
Liquide bouillant 96 61,5
Flammes 33 21,2
Solide chaud 18 11
Autres 9 5,7
Total 156 100
61,5 % des accidents domestiques causés par des brûlures sont dus aux liquides bouillants suivi par les flammes avec 21,2 % et les solides chauds dans 11%. Les 5,7 % restants concernent les brûlures chimiques et électriques.

Répartition des accidents domestiques causés par ingestion
Ingestion Effectif % Répartition des accidents domestiques causés par ingestion
Produit ménager 36 39,5
Médicament 23 25,2
Corps étranger 19 20,8
Cosmétique 2 2,2
Produit agricole 2 2,2
Autres 9 9,8
Total 91 100
Dans les accidents domestiques causés par ingestion, l'ingestion des produits ménagers vient en première position (39,5 %) suivi des médicaments ( 25, 2 %) et des corps étrangers (20,8 %).

Répartition des accidents domestiques selon la nature des lésions occasionnées
Nature Effectif % Répartition des accidents domestiques selon la nature des lésions occasionnées
Plaie 359 44,3
Brûlure 156 19,3
Contusion 101 12,5
Fracture 44 5,4
Lésion interne 19 2,3
Trouble de la conscience 16 2
Autres 91 11,2
aucun 24 3
Total 810 100
Les lésions occasionnées sont prédominées par les plaies avec 44,3 % suivies par les brûlures 19,3 % et les contusions 12,5 %.

Répartition des accidents domestiques selon le siège des lésions
Siège des lésions Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le siège des lésions
Membre supérieur 189 24,6
Membre inférieur 147 19,1
Crâne 114 14,8
Face 106 13,8
Bouche 41 5,3
Nez 38 4,9
Yeux 30 3,9
Tronc 20 2,6
Oreille 19 2,5
Abdomen - pelvis - viscère 18 2,3
Cou 06 0,8
Sièges multiples 41 5,3
Total 769 100
Le siège des lésions est la tête dans 46 % des cas suivi par les membres supérieurs et inférieurs dans 43,7 % des cas.

Répartition des accidents domestiques selon le siège des lésions et le type d'accidents
Type d'accident Chute Noyade Corps étranger Brûlure Inhalation Ingestion caustique Lésion traumatique superficielle Ingestion toxique Morsure, piqûre et griffure Total
Siège des lésions
Membre supérieur 55 0 0 57 0 0 64 0 11 187
Membre inférieur 46 0 0 56 0 0 31 0 12 145
Crâne 98 0 0 2 0 0 13 0 0 113
Face 78 0 0 8 0 0 19 0 1 106
Bouche 24 0 1 0 1 7 5 2 1 47
Nez 23 0 8 1 1 1 3 0 0 37
Yeux 8 1 2 4 0 0 12 0 3 30
Tronc 11 0 0 4 0 0 1 0 4 20
Oreille 7 0 6 0 0 0 4 0 2 19
Abdomen -pelvis -viscère 6 0 2 1 0 8 0 2 0 18
Cou 3 0 0 1 0 0 0 0 2 6
Sièges multiples 17 0 0 17 0 1 2 0 4 41
Total 376 1 19 151 2 17 154 3 40 763
Dans les chutes le siège des lésions est dominé par le crâne avec 26 %, suivi des lésions de la face avec 20,7 %, des membres supérieurs dans 14,6% et des membre inférieurs dans 12,2 % des cas.
Dans les brûlures le siège le plus important est dominé par les membres supérieurs et inférieurs dans 74,8 % des cas.

Répartition des accidents domestiques selon le mode de prise en charge.
Premiers gestes effectués
Gestes effectues par Effectif %
Parent 449 57,2
Professionnel de santé 171 21,8
Autres 7 0,9
Aucun 158 20,1
57,2 % des premiers gestes ont été effectués par les parents alors que les professionnels de santé ne sont sollicités immédiatement que dans 21,8 % des cas. On note cependant que dans 20,1 % des cas aucun geste n'a été effectué.

Analyse des cas où aucun geste n'a été effectué initialement.

Répartition selon le type d'accident
Type d'accident Effectif %
Chute 104 66,2
Brûlure 16 10,1
Lésions traumatiques superficielles 15 9,5
Ingestion de caustique 7 4,4
Ingestion de toxique 5 3,1
Corps étranger 3 1,9
Morsure, piqûre et griffure 6 3,8
Total 157 100
Prédominance des chutes avec 66,2 % suivies des brûlures dans 10,1 % des cas.

Répartition selon la nature des lésions occasionnées
Nature Effectif %
Plaie 50 32,2
Contusion 36 23,2
Fracture 21 13,5
Brûlure 19 12,2
Lésion interne 3 1,9
Trouble de la conscience 3 1,9
Autres 23 14,8
Total 155 100
On retrouve dans 32,2 % des cas des plaies, dans 23,2 % des contusions et dans 13,5 % des fractures. La nature des lésions occasionnées nous montre que le recours à un professionnel de santé est toujours différé dans le temps malgré la gravité des lésions.

Répartition des accidents domestiques selon le traitement reçu dans une structure de santé
Traitement reçu Effectif % Répartition des accidents domestiques selon le traitement reçu dans une structure de santé
Médical 460 59,7
Chirurgical 182 23,6
Orthopédique 29 3,8
Endoscopique 13 1,7
Autres 20 2,6
Aucun 67 8,7
Total 771 100
Lorsque l'accidenté est acheminé vers une structure de santé le traitement médical est préconisé dans 59,7 % des cas. L'acte chirurgical est retrouvé dans 23,6 % des cas.

Répartition des accidents domestiques selon le délai de prise en charge
Délai de prise en charge en heure Effectif %
1-3 498 63,9
3-6 47 6
6-12 28 3,5
12-24 80 10,2
Sup. à 24 heures 126 16,1
Total 779 100
Dans 63,9 % des cas le délai de prise en charge après la survenue de l'accident est inférieur à 3 heures, alors que dans 16,1 % des cas la prise en charge a eu lieu 24 heures après l'accident.

Répartition des accidents domestiques selon les suites données à la prise en charge
Suites Effectif % Répartition des accidents domestiques selon les suites données à la prise en charge
Traitement ambulatoire 580 79,3
Orientation 62 8,5
Hospitalisation 52 7,1
Abstention 37 5,1
Total 731 100
79,3 % des enfants victimes d'accidents ont reçu un traitement ambulatoire, Dans 7,1 % des cas il y a eu recours à l'hospitalisation.

Analyse des hospitalisations selon le type d'accident
Type d'accident Effectif % Analyse des hospitalisations selon le type d'accident
Chute 17 32,6
Ingestion de caustique 13 25
Ingestion de toxique 9 17,3
Inhalation 7 13,4
Brûlure 4 7,6
Lésions traumatiques superficielles 1 1,9
Noyade 1 1,9
Total 52 100
La chute représente 32,6 % des hospitalisations suivie par l'ingestion de toxique 25 % et l'ingestion de caustique 17,3 %, la brûlure quant à elle est retrouvée dans 7,6 % des cas.

Analyse des hospitalisations selon la nature des lésions occasionnées
Nature des lésions occasionnées Effectif %
Contusion 8 16,6
Trouble de la conscience 8 16,6
Brûlure 4 8,3
Lésion interne 4 8,3
Fracture 2 4,1
Plaie 2 4,1
Autres (associations) 20 41,6
Total 48 100
Dans les accidents ayant engendré une hospitalisation la nature des lésions est multiple dans 41,6 % des cas et dans 16,6 % des cas c'est une contusion ou un trouble de la conscience.

Répartition des accidents domestiques selon le traitement reçu dans une structure de Santé et le type d'accident
Type d'accident Chute Noyade Corps étranger Brûlure Inhalation Ingestion caustique Lésion traumatique superficielle Ingestion toxique Morsure, piqûre et griffure Total
Traitement reçu
Médical 166 1 9 127 8 25 67 20 35 458
Endoscopique 2 1 4 0 2 2 1 1 0 13
Orthopédique 25 0 0 0 0 0 2 0 0 27
Chirurgical 115 1 0 0 0 0 65 0 0 181
Aucun 23 0 10 11 0 7 6 8 2 67
Autre 17 0 0 0 0 3 0 0 0 20
Total 348 3 23 138 10 37 141 29 37 766
Dans les chutes le traitement reçu est dominé par le traitement médical avec 47,7 %, suivi du traitement chirurgical dans 33 % des cas. Dans les brûlures le traitement le plus préconisé, est le traitement médical dans 92 % des cas. Dans les lésions traumatiques, le traitement médical est prescrit avec 47,5 %, suivi du traitement chirurgical dans 46 % des cas.

DISCUSSION

I L'exploitation des résultats montre :

  • Age : ce sont surtout les 0-4 ans avec 58,3 % qui sont les plus touchés, suivis des 5-9 ans dans 27,8 % des cas et des 10-14 ans avec 13,8 %. (DS : p <10-6)
  • Sexe : les accidents domestiques touchent plus les garçons que les filles (DS : p<10 -6), Le sexe ratio est de 1,7.
  • Profession des parents : 87,6 % des mères sont sans profession alors que 64,5 % des pères sont des employés, des ouvriers qualifiés et des commerçants.
  • Type d'habitat : L'accident survient dans 48,4 % dans les maisons individuelles. 24,8 % dans les maisons traditionnelles et 18,1 % dans les immeubles, (DS : p <10 -6).
  • Lieu : L'accident survient dans 29,8 % dans la chambre, 20,8 % dans la cour et le jardin et 20,4 % dans la cuisine, (DS : p <10 -6)
  • Fréquence : type d'accident par rapport au lieu. Les chutes surviennent dans 31,4 % des cas dans la chambre, dans 25 % des cas dans l'escalier et 23,9 % des cas dans la cour. Les brûlures surviennent dans la cuisine dans 64 % des cas et dans 15 % des cas dans la chambre. Les ingestions de caustiques et de toxiques surviennent dans la cuisine dans 46 % des cas et dans 29,8 % des cas dans la chambre.
  • Heure de survenue de l'accident : L'accident survient dans 64,4 % des cas pendant la journée (8h et 17h), à noter aussi que dans 17,6 % des cas l'accident survient entre 20h et 22h.
  • Type d'accident : Le type d'accident est dominé par les chutes (44,9 %), les brûlures (18,5 %), les lésions traumatiques (18,3 %), suivies d'ingestion de caustiques et de toxiques (8 %) (DS : p <10 -6).
  • Circonstances de survenue de l'accident : Les accidents surviennent dans 52 % des cas lorsque l'enfant est soumis à la garde habituelle et dans 44,5 % des cas lorsqu'il est seul. Dans 70,4 % des cas l'accident domestique est causé par l'enfant, alors que l'environnement matériel est impliqué dans 17,2 % des cas. L'agent causal est représenté successivement par les traumatismes ( 68,1 % ), suivi par les brûlures (18,4 %) et les ingestions (10,7 %).
  • Nature des lésions : Les plaies représentent 44,3 %, les brûlures 19,3 % et les contusions 12,5 % de la nature de l'accident.
  • Siège des lésions : La tête est touchée dans 46 % des cas suivis des membres dans 43,7 % des cas.
  • Traitement préconisé : Le traitement préconisé est médical dans 59,7 % des cas et chirurgical dans 23,6 %.
  • Les suites données a la prise en charge : 79,3 % des enfants victimes d'accidents ont reçu un traitement ambulatoire, dans 7,1 % des cas il y a eu recours à l'hospitalisation.
  • Motifs des hospitalisations : Dans les accidents ayant engendré une hospitalisation la nature des lésions est multiple dans 41,6 % des cas et dans 16,6 % des cas c'est une contusion ou un trouble de la conscience.

II Causes favorisantes :

Cette partie fait la synthèse des conditions de survenue et des causes favorisantes pouvant permettre de dégager des stratégies adaptées de prévention. 62,9 % des enfants victimes d'accidents domestiques sont de sexe masculin. 91,8 % des enfants n'ont aucun antécédent pathologique.
Concernant les mères dans les deux sexes, plus de 85 % sont sans profession et plus de 31% sont analphabètes. Le pourcentage des filles victimes d'accidents domestiques survenant dans des logements de 2 à 3 pièces est de 52,8 % des cas alors qu'il est de 49,1% des cas pour les garçons. Dans les deux sexes l'accident survient essentiellement dans les maisons individuelles, dans les maisons traditionnelles et en 3 ème position dans les immeubles. Les accidents domestiques surviennent fréquemment dans la chambre pour les deux sexes, suivi par cour/jardin pour le garçon, et la cuisine pour la fille.
Le type d'accident est dominé par les chutes suivi des lésions traumatiques pour le garçon et par les chutes suivi des brûlures pour la fille. Le type d'agent causal retrouve dans les deux sexes successivement les traumatismes, les brûlures et les ingestions. Les accidents domestiques causés par un traumatisme sont dus aux chutes, aux plaies et aux morsures pour le garçon et aux chutes, aux plaies et les écrasements pour la fille. Les accidents domestiques causés par les brûlures sont dus aux liquides bouillants suivis par les flammes et les solides chauds dans les deux sexes. Dans les accidents domestiques causés par ingestion, chez la fille la prise des médicaments vient en première position suivie des produits ménagers alors que chez le garçon l'ingestion des produits ménagers est la première cause suivie des corps étrangers et des médicaments.
Si on considère l'âge des accidentés, les enfants âgés de 0-4 ans sont les plus touchés avec 58,3 % et on retrouve les caractéristiques suivantes :

  • le sexe masculin représente 58,9 %, 67,8 % ont un nombre de frères et sœurs compris entre 1 et 4 , le nombre de personnes vivants sous le même toit est de 3 dans 98,7 % des cas et le nombre d'enfants de deux et plus âgés de moins de 15 ans est de 78,1 %.
  • 86,2 % de ces enfants ont des mères sans profession et 29,9 % de ces enfants ont des mères analphabètes.
  • l'accident survient dans 58,9 % des cas dans la maison individuelle et traditionnelle, les heures favorisant l'accident de ces enfants sont 10-11h et 20-22h, les lieux de l'accident les plus fréquemment retrouvés sont la chambre et la cuisine avec 58,9 %.
  • les types d'accidents (chute, brûlure) représentent 60,9 % des cas avec une garde habituelle dans 66,4 % des cas et l'accident est causé par l'enfant dans 72,4 % des cas.
  • le type d'agent causal dominant est le traumatisme (62,3 %) où la chute représente 71 % suivi de la plaie dans 18,8 %des cas.
  • la brûlure représente le second type d'agent causal (20,6 %), elle est due au liquide bouillant dans 63,7 % des cas et aux flammes dans 20,5 % des cas.
  • le troisième type d'agent causal est l'ingestion (14,9 %) avec 45,9 % pour l'ingestion du produit ménager et 24,3 % pour l'ingestion du médicament.

III Stratégie de prévention

La démarche pour prévenir l'accident consiste a évaluer la nature et la gravité des risques encourus par les enfants dans la maison (objets, lieux, mobilier...) et les risques changent et évoluent en fonction de nombreux facteurs (les enfants, les situations, le hasard, les changements dans notre mode de vie), nécessitant ainsi une attention permanente.
Toute la difficulté de la prévention réside dans cette multitude de facteurs et sur les circonstances d'apparition qui sont souvent mal décrites.
La connaissance de ces facteurs de risque est primordiale, si l'on veut comprendre le choix des stratégies de prévention.

Facteurs endogènes c'est-à-dire propres à l'enfant lui même

Son développement physiologique qui le rend plus vulnérable

  • Sa petite taille l'expose à des risques dans un environnement conçu pour un adulte
  • Son immaturité sensorielle (surtout visuelle)
  • Sa faible force musculaire

    Sa coordination imparfaite Son développement psychomoteur s'accompagne de curiosité, source de danger (touche à tout), et l'apparition de la marche est un facteur d'accident.

    Toutes ces caractéristiques de développement de l'enfant sont souvent méconnues des parents, qui de ce fait ne savent pas prévenir l'accident. Le sexe de l'enfant avec prédominance masculine La personnalité de l'enfant accidenté où des enquêtes ont montré que ces enfants avaient une tendance à l'agressivité et à l'hyperactivité.

    Facteurs exogènes
    L'environnement humain de l'enfant : certains facteurs favorisent la survenue de l'accident comme :

  • Le bas niveau culturel de la mère
  • Les difficultés socio-économiques (taux d'occupation par logement élevé)
  • Les difficultés de qualification professionnelle de la mère
  • Les familles dissociées
  • Le jeune âge de la mère
  • Les antécédents psychiatriques de la mère
  • Les facteurs culturels (difficultés de repérage dans le monde moderne, problèmes linguistiques ne permettant pas la lecture de notices…)

    L'environnement matériel de l'enfant est un monde conçu pour les adultes. Dans les pays développés, l'habitat s'est modifié ; les lois, décrets et circulaires ont permis de réglementer beaucoup d'aspects tels la hauteur des fenêtres par rapport au sol, l'écartement des barreaux des balcons, les lits, les portillons ou barrières pour les escaliers, les placards munis de systèmes de fermeture pour le stockage des médicaments et des produits dangereux, les installations électriques.
    A la lumière de ces différents facteurs intriqués entre eux, le bas niveau socio-économique, l'ignorance et l'environnement matériel inadéquat augmentent largement le risque de survenue d'accident.
    L'analyse de ces facteurs permet de confirmer que toute stratégie de prévention des accidents domestiques est basée sur 3 grands axes avec toutes les spécificités liées à chaque région.

  • Une bonne connaissance de la situation épidémiologique qui permettra
  • De dire si le problème est prioritaire ou non
  • D'identifier les facteurs de risques propres à chacun
  • De déterminer les circonstances d'apparition de l'accident permettant la construction de messages de communication cohérents et adaptés
  • La mise en place d'un programme d'information, d'éducation et de communication qui visera à modifier le comportement des individus.
    Cet objectif de part l'importance de son action fait appel à la formation de relais que constituent les enseignants et le personnel de santé. L'école est un lieu privilégié dans l'éducation pour la santé des enfants ; elle demeure le meilleur vecteur de transmission de l'information. L'enfant apprend en classe, vit et pratique ses connaissances à l'école, pratique de nouveau et transmet ses connaissances dans la communauté. La prise de conscience du risque par les enfants est un des principaux objectifs dans la stratégie de prévention des accidents.
    Par ailleurs, le rôle du personnel médical et paramédical est non négligeable dans l'information des parents surtout lors du suivi des grossesses, du suivi des enfants en PMI, lors des séances de vaccination. La communication interpersonnelle est fondamentale et requiert certaines conditions de disponibilité, d'écoute et d'attention. Elle permet de repérer les familles à risque en fonction des facteurs de risque, d'informer les mères des risques liés au développement psychomoteur et de conseiller les mères en fonction des spécificités du milieu.

    Ces actions de terrain (formation, éducation) réalisant une véritable dynamique communautaire, doivent être associées à des campagnes de communication nationales destinées au grand public par le biais de la télévision (spots, reportages, JT...), la radio (spots, tables rondes…), les journaux (articles)…

    La synergie dans l'utilisation de ces différents canaux permet d'augmenter l'impact.
    Parallèlement à ces actions d'éducation et de communication, le volet réglementation, normalisation et sécurité des produits permet de définir les règles assurant un environnement plus sûr. Dans les pays développés, les industriels sont tenus de respecter les normes de fabrication et des contrôles sont exercés à tous les stades de fabrication par "la direction générale de la concurrence et de la répression des fraudes".

    En Algérie, des décrets et circulaires visant à protéger le consommateur ont été finalisés. Cependant, le problème reste crucial en raison de l'exacerbation des problèmes environnementaux comme le non respect des lois existantes, la mise sur le marché de produits ne répondant pas aux normes… La prévention des accidents domestiques est un vaste chantier où les efforts de tout un chacun sont les bienvenus. Elle concerne tous les secteurs et sa réussite dépend de l'implication de tous les différents partenaires (santé, éducation, commerce, jeunesse et sport, bâtiment, industrie, mouvement associatif…) qui ont leur rôle à jouer pour la santé des enfants.

 

 

Communication transmise le 27 mai 2003, par le professeur Larbi ABID, abid@santemaghreb.com

 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.