Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Octobre 2008
La vaccination contre Hæmophilus influenzae fait désormais partie du calendrier vaccinal algérien
par Larbi Abid

 

La vaccination contre Hæmophilus influenzae

 

Après les vaccinations contre la tuberculose, la diphtérie, le tétanos, la coqueluche rendus obligatoires en juin 1969, la vaccination anti-rougeoleuse en 1985, la vaccination anti-poliomyélitique orale en 1997 et la vaccination contre l’hépatite B qui a été introduite en 2000, c’est aujourd’hui la vaccination contre le bacille haemophilus influenzae b, bacille à l’origine de méningites et de pneumonies qui vient d’être introduite dans le calendrier de vaccination, après avoir été demandé depuis plusieurs années par les pédiatres algériens. Lors d’un point de presse animé le 28 octobre 2008  par le Dr Fourar, sous-directeur de la santé de la mère et de l’enfant, et le Dr Leila Benberoun, chargé du programme vaccination à la direction de la prévention au Ministère de la Santé, de la Population et de la Réforme Hospitalière, ont annoncé le lancement de la campagne de vaccination qui débutera le 11 octobre prochain. Selon ces responsables, un montant de 70 milliards de centimes a été alloué pour ce programme. Ce vaccin contre l’HIB sera associé sous forme combinée au vaccin DTC (diphtérie, tétanos, coqueluche) est destiné aux nourrissons de 3 mois avec deux rappels aux 4ème  et 5ème mois de naissance et un autre rappel à 18 mois.

L'Hæmophilus influenzae est, l’une des principales causes de méningite de l'enfant de moins de 5 ans. Selon l’OMS, Haemophilus influenzae de type b, ou Hib, est une bactérie responsable de quelque 3 millions de cas de maladies graves et d’environ 386 000 décès par an, principalement dus à des méningites et à des pneumonies. Les victimes sont presque toutes des enfants de moins de cinq ans, les nourrissons âgés de 4 à 18 mois étant particulièrement vulnérables. Pour les enfants qui en réchappent, 15 à 35 % vont survivre avec des incapacités permanentes telles que arriération mentale ou surdité.

Dans les pays où la couverture vaccinale a dépassé les 90%, la maladie a été éliminée. Il est important de respecter ce calendrier vaccinal en raison du risque important de la maladie au cours de la première année de vie. Si, après l’âge d’un an, l’enfant n’a pas encore été vacciné, une seule dose suffit à le protéger. Au-delà de 5 ans, si un enfant n’a pas encore été vacciné, la vaccination Hib est inutile.

Même si le vaccin est connu depuis le début des années 90, des milliers d’enfants mourraient car le vaccin anti-Hib est nettement plus coûteux que les vaccins classiques administrés jusqu’à ce jour et ce qui explique que la plupart des pays en voie de développement n’ont pas encore réussi à l’inscrire dans leur programme vaccinal obligatoire comme le montre cette carte où figure encore l’Algérie (parmi les pays où ce vaccin n’est pas administré).

En vert clair, les pays où la vaccination anti- haemophilus influenzae b n’est pas obligatoire
En vert clair, les pays où la vaccination anti- haemophilus influenzae b n’est pas obligatoire

Souhaitant que très bientôt la vaccination anti-HPV soit sinon obligatoire, du moins recommandée chez les fillettes dès l’âge de 11 ans, éliminant ainsi une autre pathologie particulièrement fréquente dans les pays en voie de développement : le cancer du col utérin.

Par Larbi Abid le 3 octobre 2008

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2008 APIDPM - Santé tropicale. Tous droits réservés. Site réalisé et développé par APIDPM - Santé tropicale.