Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Juillet 2007
Nouvelle carte sanitaire : Les secteurs sanitaires se transforment en EPH et EPSP
par Larbi Abid


L'organisation du système de santé reposait jusqu’à ce jour sur un ensemble de structures administratives et techniques, établissements spécialisés et organes scientifiques et techniques. Outre l’administration centrale du ministère de la santé, les observatoires régionaux de la santé et les directions de la santé des 48 wilayas, ce système était basé essentiellement sur :

  • 185 Secteurs Sanitaires (comprenant hôpitaux, polycliniques et dispensaires)
  • 13 CHU (Centres Hospitalo-universitaires)
  • 31 EHS (Etablissements Hospitaliers spécialisés)

Les règles de création, d’organisation et de fonctionnement des secteurs sanitaires, étaient fixées par le décret exécutif 2 décembre 1997, décret qui est abrogé depuis la parution du décret exécutif n° 07-140 du 19 mai 2007 portant création, organisation et fonctionnement des établissements publics hospitaliers et des établissements publics de santé de proximité.

Ce nouveau décret transforme les 185 Secteurs Sanitaires en :

  • 189 établissements publics hospitaliers (EPH)
  • 273 établissements publics de santé de proximité (EPSP).

Cette nouvelle carte sanitaire est en fait une décentralisation de la gestion des polycliniques et dispensaires qui ne dépendent plus du directeur de l’hôpital de l’ancien secteur sanitaire. Ils seront, dans les prochains mois qui viennent, gérés par un conseil d’administration propre et une direction distincte de celle de l’établissement hospitalier de proximité. Même si on regrette que les différentes associations, syndicats de médecins et de paramédicaux n’aient pas été associés à l’élaboration de cette nouvelle organisation, de même d’ailleurs que les associations d’usagers des structures de soins, force est de reconnaître que la séparation des gestions des hôpitaux et des polycliniques et dispensaires est une très bonne initiative car jusqu’à ce jour la répartition des moyens humain et matériel se faisait toujours au dépens de l’une des structure selon le poids et les arguments que faisaient valoir les responsables hospitaliers et les coordinateurs des ex-sous secteurs.

Un regret quand même, c’est le passage sous silence de certains hôpitaux d’Alger, d’Oran et peut-être de Constantine qui sur le plan pratique sont de réels CHU avec une capacité de formation estudiantine équivalente à celle des CHU officiels alors que ce volet est complètement ignoré tant dans l’ancien système des secteurs sanitaires que dans celui des EPH. Est ce que c’est cette volonté de la tutelle de maintenir le statut quo qui a exclu de la concertation les associations d’enseignants hospitalo-universitaires ?

Les différents articles régissant les EPH et EPSP (tels qu’on peut le voir sur le décret exécutif n° 07-140 du 19 mai 2007) ne diffèrent pas de ceux régissant précédemment les secteurs sanitaires. Ceci permet encore une fois de constater que l’organisation d’un système de santé peut paraître correcte sur le papier mais c’est sa mise en application sur le terrain par les gestionnaires de santé qui en fera un succès ou un échec.

Nous constatons déjà, depuis la parution de ce décret, une certaine agitation au niveau des directeurs de secteurs sanitaires et de candidats potentiels pour ces EPH et EPSP. Est ce avec certains gestionnaires qui ont montré leurs limites dans la gestion des secteurs sanitaires que le ministère de la santé compte redynamiser le secteur ?

Par Larbi Abid le 12 juillet 2007

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2007 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.