Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Juin 2009
Optimisation des services de maternité et infections nosocomiales
par Larbi Abid

 

Dans le cadre de l'optimisation du fonctionnement des maternités et services de gynécologie obstétrique de la wilaya d’Alger, une réunion de coordination s'est tenue le samedi 25 avril 2009 au siège du ministère de la santé (voir bloc-notes). Outre le renforcement de certains services de gynéco-obstétrique en gynécologues et réanimateurs, il a été décidé de suspendre les congés du corps médical et paramédical des services concernés durant la période de juin à septembre et de ne refuser aucune parturiente venue pour accouchement dans une structure hospitalière publique de la wilaya.

Pour pouvoir satisfaire à cette dernière condition, sur le terrain (du moins dans certains hôpitaux), il a été décidé de suspendre les interventions de chirurgie froide en gynécologie et même de diminuer les interventions programmées dans la spécialité chirurgie générale lorsqu’il s’agit de bloc opératoire central. Il est évident que cette décision perturbe toute la programmation des malades qui avaient pris des RV plusieurs mois auparavant.

Autre élément important : lorsque les capacités d’accueil du service des gynéco-obstétrique sont saturées, l’administration a décidé de réquisitionner les chambres dans les autres services (chirurgie viscérale médecine interne etc…). Ce que l’on a oublié, c’est que ces services ne sont pas prévus pour accueillir des mamans et surtout des bébés de 1 et 2 jours, personnes en bonne santé qui ne devraient pas être mis en contact avec des patients souffrant de pathologies graves et parfois infectieuses. Ceci sans oublier que le personnel de ces services (médical et paramédical) n’est pas prévu pour intervenir auprès de ces hospitalisés et encore moins agir d’une manière ou d’une autre.
Le personnel paramédical de gynéco-obstétrique (se trouvant le plus souvent au niveau d’un autre étage) se rappellera, lorsqu’il a un moment de libre de passer au niveau des différents autres étages pour s’enquérir de l’état de ces parturientes et de leurs enfants. Leur nombre est-il suffisant pour ce surcroît de travail ?

Cette procédure, qui semble être une mesure d’urgence pour pallier au plus pressé, n’aurait pas dû être réfléchie et impliquer tous les intervenants au lieu d’être une réquisition à appliquer sans discuter ?

Le taux de natalité en Algérie est connu, de même que les structures sanitaires devant prendre en charge les futures mamans. Qui a-t-il de nouveau au cours de la saison estivale au niveau de la wilaya d’Alger pour perturber ainsi l’activité de plusieurs services ?  

 

Par Larbi Abid le 12 juin 2009

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2009 APIDPM - Santé tropicale. Tous droits réservés. Site réalisé et développé par APIDPM - Santé tropicale.