Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Mai 2008
La Commission nationale de défense et de promotion des droits de l’homme enquête dans les hôpitaux
par Larbi Abid

 

La Commission nationale de défense et de promotion des droits de l’homme présidée par Farouk Ksentini a mis en place une sous-commission chargée de s’enquérir des conditions de prise en charge des malades dans les hôpitaux algériens.
Après la visite de quelques hôpitaux algérois, un membre de cette sous-commission déclarait : “Nous avons été, dans l’écrasante majorité des hôpitaux d’Alger, pour constater de visu tout ce qui a trait aux conditions d’hospitalisation”. Selon un des membres " Il s’agira de récolter des informations sur l’accueil des malades, leurs conditions d’hospitalisation, la nature de l’affection et des maladies qui conduisent à leur hospitalisation, les médicaments en milieu hospitalier et leur disponibilité, ainsi que les conditions de restauration " .

Dans une deuxième étape les membres de cette sous-commission comptent se déplacer dans plusieurs autres wilayas du pays pour voir ce qui se passe dans ces hôpitaux et comment sont pris en charge les malades. Les membres de cette sous-commission veulent s’enquérir de la qualité de la ration alimentaire qui est quotidiennement offerte aux malades. “Nous voulons savoir si elle correspond à des règles d’hygiène et si, en qualité, elle correspond à ce que l’on attend d’elle.”
Les informations que rassembleront les animateurs de la délégation seront consignées dans un rapport portant sur la situation des hôpitaux en Algérie, rapport qui sera remis au président de la république.

Il s’agit là d’une excellente initiative sur laquelle nous voudrions faire quelques remarques :

  • la sous-commission devrait se déplacer par surprise sans annonce préalable auprès de l’administration de l’hôpital, objet de la visite. En effet, si nous prenons l’exemple des visites d’hôpitaux, du ministre de la santé, l’administration est dans la majorité des cas au courant plusieurs jours à l’avance, allant jusqu’à aménager des salles qui n’ont jamais fonctionné uniquement pour la visite ministérielle, salles qui continueront hélas, à ne pas fonctionner après la visite ministérielle.
  • la sous-commission devrait être composée également de membres du corps médical (indépendants) et visiter les hôpitaux durant la nuit pour évaluer la couverture médicale et surtout paramédicale des patients hospitalisés. Cette couverture paramédicale étant dans la quasi-totalité des cas insuffisante tant sur la plan quantitatif (1 à 2 agents pour une trentaine de patients) que qualitatif (dans de nombreux cas ce sont des faisant fonction d’infirmiers qui assurent la couverture paramédicale des patients hospitalisés. C’est ainsi que la plupart des décès des patients hospitalisés sont hélas répertoriés entre 0 heure et 5 heures du matin.

La sous-commission devrait également s’appesantir sur les explorations paracliniques réalisées dans la majorité des cas dans le secteur privé (pour des malades hospitalisés) car les structures publics ne peuvent donner que des RV trop éloignés incompatibles soit avec la gravité de la maladie soit avec la durée d’hospitalisation qui doit être écourtée au maximum dans l’intérêt aussi bien du malade (infections nosocomiales) que de la rentabilité de l’établissement.

 

Par Larbi Abid le 19 mai 2008

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2008 APIDPM - Santé tropicale. Tous droits réservés. Site réalisé et développé par APIDPM - Santé tropicale.