Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial du professeur Larbi Abid - Mai 2005
Pour un Maghreb et un Monde sans mines antipersonnel
Professeur Larbi Abid

Non aux mines anti-personnels

8 mai 2005 : l’Europe et le monde commémorent le 60ème anniversaire de la fin de la 2ème guerre mondiale. L’Algérie, quant à elle, commémore les massacres de Guelma, Kherrata et Sétif par l’armée coloniale française, massacres qui avaient fait 45 000 morts à la même date.
En ce jour anniversaire, le Ministère Algérien de la Solidarité et de l’Emploi a organisé, en collaboration avec le PNUD, le CICR, Handicap International et plusieurs autres ONG nationales et internationales, un Symposium International sur la mise en œuvre de la convention d’Ottawa sur l’interdiction des mines anti-personnels.

«Les mines anti-personnels constituent un fléau qui blesse, tue et mutile une personnes toutes les 30 mn». Outre les dégâts en vies humaines, en mutilations, ces mines compromettent le développement des pays touchés. L’Algérie a souffert et souffre encore des conséquences de ces mines puisque d’importants territoires le long des frontières algéro-marocaines et algéro-tunisiennes ont été pollués par ces armes traîtresses durant la guerre de libération et plus près de nous au cours de la décennie noire des année 90, 13 000 mines antipersonnel, placés par des terroristes ont explosés. Entre 1957 et 1962, ces mines ont fait près de 1200 morts et 2328 handicapés. A partir de cette date, 1341 victimes civils ont été recensées.

L’Algérie comme la Mauritanie et la Tunisie ont adhéré à la convention d’Ottawa et procèdent, dans le cadre de la mise en œuvre de cette convention, à la destruction de leurs stock. Le 10 mai 2005, à la fin du symposium, les ONG internationales présentes en Algérie sont invitées à assister à une séance de destruction de mines antipersonnel par l’armée dans un champ de tir situé à Hassi Bahbah.

Le drame épouvantable causé par ces mines est connu de tous et en particulier par le personnel de la santé qui œuvre pour le bien être de tous. Pourtant si 144 pays ont ratifié la convention d’Ottawa, plus d’une quarantaine ne l’ont pas encore fait dont 3 des 5 pays membres du conseil de sécurité de l’ONU (USA, Russie et Chine) et en Afrique sur les 4 pays non signataires, deux appartiennent au Maghreb (Maroc et Libye).

L’ONG Handicap International a lancé un nouveau plan d’action pour persuader les 3 pays du conseil de sécurité non signataires à devenir partie du traité.
Santé Maghreb, Santé Tropicale ne devraient ils pas en faire de même pour persuader tous les pays du Maghreb à adhérer au traité pour aboutir le plus tôt à un monde sans mines ?

Professeur Larbi Abid - 10 mai 2005

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2005 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.