Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Mars 2015

L’Académie Algérienne des Sciences et des Technologies (ASTA)

Par L. Abid

 

L’Académie des sciences constitue la plus haute autorité scientifique d’un pays. Elle concourt au développement des sciences et de leurs applications, et conseille les autorités gouvernementales en ce domaine, reconnu majeur, dans un monde en évolution permanente, où sciences et techniques jouent un rôle économique et social de plus en plus déterminant.

En Algérie, le niveau de développement de l’activité scientifique atteint, milite en faveur de la mise en place d’une académie des sciences et des technologies, organisme qui permettra d’accompagner, en tant que plus haute autorité dans le domaine, l’essor scientifique et technologique du pays et servir d’interface avec les instances scientifiques internationales.

C’est ainsi qu’un projet initié par la présidence de la république en 2012 a été confié au Conseil National Economique et Social (CNES), pour assurer l’accompagnement institutionnel. Après une phase de maturation par le CNES, une phase de cadrage et d’organisation a été réalisée par le Ministère de l’Enseignement Supérieur et de la Recherche Scientifique (MESRS).
Pour ce faire, un comité de suivi a été institué pour accompagner le processus de création de cette institution scientifique qui regroupe des scientifiques et des représentants de 11 départements ministériels.

A la suite d’une large concertation, un projet de décret mettant en place le cadre réglementaire de création de l’ASTA a été soumis à la présidence de la république. Ce décret définit les missions, la composition et l’organisation de cette académie.

Deux grilles de recevabilité des dossiers des candidats (l’une pour les sciences l’autre pour les technologies) basées sur des critères universels ont été établies.
Par éthique et déontologie, les membres du comité de suivi ne peuvent se présenter dans le cadre de la constitution du noyau fondateur de l’académie.

Un noyau fondateur sera composé de scientifiques dans 8 disciplines différentes et de technologues (mathématiques, physique, chimie, informatique, sciences de la terre et de l’univers, sciences de la vie et de la nature, sciences médicales, sciences de l’ingénieur).

Les dossiers des membres fondateurs seront étudiés par un jury international composé de 12 académiciens (académie des sciences de France, académie royale de Grande-Bretagne, académie royale de Suède et académie des Etats-Unis) au cours des prochains mois de cette année.

Une telle institution va :

  • Contribuer au progrès des sciences et des technologies dans notre pays et impulser leurs enseignements ;
  • Assumer un rôle d’expertise et de conseil, en aidant les pouvoirs publics à la prise de décision en matière de choix stratégique d’ordre scientifique et technologique ;
  • Encourager la culture scientifique ;
  • Favoriser les échanges et la coopération avec les instances scientifiques internationales.

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2015 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.