Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial du professeur Larbi Abid - Février 2004
Cancer : doit-on ou non dire la vérité ?
Professeur Larbi Abid

Cette question pose des problèmes relationnels pour lesquels la plupart de nous médecins somme peu familiers. Les exemples suivants tirés de notre pratique quotidienne illustre bien ce fait :

  • Une patiente opérée pour un cancer colique développe des métastases hépatiques pour lesquelles elle est mise sous chimiothérapie. Après quelques cures, voyant la non réponse au traitement, son médecin nous l'adresse pour un éventuel geste d'exérèse hépatique. A aucun moment au cours de son traitement et de son suivi, le diagnostic de cancer n'a été évoqué par l'équipe médicale l'ayant pris en charge. Lorsque qu'elle nous fut adressé, elle pensait venir se faire opérer d'une lithiase rénale découverte fortuitement lors du bilan morphologique de sa maladie cancéreuse et non pour les métastases hépatiques qui lui ont été décrits comme des tâches sur le foie qui ont été traitées par la chimiothérapie. Elle trouve l'intervention chirurgicale proposée dangereuse et la refuse.
  • Un jeune patient présentant un cancer du bas rectum localement avancé a bénéficié d'une radiothérapie qui a fait fondre la tumeur. Un mois après la fin de la radiothérapie, il nous fut adressé pour une amputation abdomino-périnéale sans que le diagnostic de cancer ou le type d'intervention chirurgicale n'aient été évoqués par l'équipe soignante. Le malade a refusé l'intervention qu'il a trouvé disproportionnée par rapport à son état qu'il considérait comme satisfaisant après la radiothérapie. Quelques mois plus tard nous le revoyons avec une tumeur irrésécable.

Ces deux exemples parmi tant d'autres, nous amène à discuter du vécu du phénomène "cancer" dans la société algérienne et du droit du malade à connaître la vérité sur sa maladie.
Dans notre société, il existe un certain fatalisme "mektoub" (ce qui est écrit ; nous avons même un proverbe qui dit que ce qui est écrit sur le front, ne peut être enlevé par les mains : li mektoub fel djbin ma inahouh el yadine). Ce fatalisme fait que la majorité de la population pense que Dieu a décidé de nous reprendre en nous envoyant une maladie : le cancer qui est considéré comme une affection inguérissable. Ce point de vue sur la maladie cancéreuse existe également chez beaucoup de nos confrères.

Face à cette situation quel est la position du médecin lorsqu'il diagnostique un cancer chez son patient ? Si effectivement un patient a le droit de connaître la vérité sur sa maladie, il faut au préalable avoir une appréciation de son niveau d'instruction, de sa culture, de ses convictions religieuses et de ses préjugés, de l'histoire clinique de sa famille et de ses proches. En effet si beaucoup de personnes en bonne santé considère qu'un médecin doit leur dire la vérité quel qu'elle soit, d'autres, toujours en bonne santé, préfèrent au contraire l'ignorer. Quant aux malades, l'avis des personnes en bonne santé ne peut leur être transposé puisque l'on a vu même des médecins exerçant en oncologie présentant des signes manifestes de néoplasie qui ont retardé le plus tard possible les investigations diagnostiques en appliquant la politique de l'autruche à leur dépens.

Aussi, si l'on ne peut comme en Occident dire la vérité d'emblée au malade, il faut au cours du bilan d'extension de la maladie et afin que la patient puisse s'impliquer dans le traitement procéder par étape en commençant par annoncer l'existence d'une lésion qu'il faudra évaluer (bilan d'extension) et traiter le plus tôt (par différentes thérapeutiques) avant qu'elle ne s'aggrave. Il faut, à ce propos, relever que dans le langage courant, une tumeur maligne est appelé : "tumeur femelle" c'est-à-dire qui peut soit réapparaître après traitement soit donner des petits (métastases) à l'inverse d'une tumeur bénigne qui est considérée comme "tumeur mâle".

La maladie cancéreuse étant une affection pluridisciplinaire, les différents spécialistes concernés doivent avoir à l'esprit l'information du patient et ne pas occulter cet aspect, le laissant au confrère qui doit prendre la suite des investigations ou du traitement. Plus tard est l'annonce, moins grande sera la compliance du malade au traitement.
Il faut que l'information sur la vérité du diagnostic puisse se faire de façon différé et intervenir par pallier au fur et à mesure que les relations médecin et malade s'affermissent du fait d'une meilleure connaissance réciproque et du fait d'une certaine familiarisation du malade avec la maladie.
En utilisant un langage clair et précis, susceptible d'être intégré dans le système de connaissances et de pensés d'une personne étrangère au milieu médical, le médecin se doit de préparer son malade à accepter et le diagnostic et les différentes modalités thérapeutiques avec leurs conséquences à savoir les risques opératoires, radiothérapiques et les séquelles éventuelles.
Occulter le problème car n'ayant pas le courage d'affronter le malade, c'est parfois lui faire perdre une chance de traitement radical si celui-ci le refuse lorsqu'il lui est annoncé.

Professeur Larbi ABID le 3 février 2004
abid@santemaghreb.com


 
NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2004 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.