Santé Algérie Algérie

Sommaire
Page d'accueil
Présentation du site
La bibliothèque de Santé Maghreb
Les éditos du professeur Abid
Communications scientifiques
Histoire de l'Algérie médicale
Agenda scientifique algérien
Point de vue
Associations algériennes de la santé
Annuaire de la santé en Afrique
Forum de la santé en Afrique
Qui contacter ?

Editorial - Janvier 2007
La certification des causes médicales de décès  
par Larbi Abid

En 1984-85, lors de notre projet de mise en place du premier registre du cancer en Algérie (Registre des Cancers Digestifs de la wilaya d’Alger 1985-1986), nous avons voulu connaître le taux de mortalité par cancer au niveau du pays en nous rapprochant de l’Institut National de Santé Publique (INSP). Nous avions alors constaté, à notre grand étonnement, qu’aucune exploitation des certificats de décès n’était réalisée d’une part, que le taux de déclaration par wilaya était extrêmement faible et que la qualité des données figurant sur ces certificats ne permettait en fait aucune déduction sur les causes médicales de décès.

Pourtant la mortalité constitue un des phénomènes démographiques les plus importants en santé publique et son taux représente le premier indicateur de l’état de santé d’une population. Et si le niveau de mortalité générale reste un indicateur nécessaire, il est insuffisant, car il faut connaître également les causes médicales de décès pour pouvoir réaliser une surveillance épidémiologique de la population. L’OMS propose à tous les états membre un modèle international de certificat médical de la cause de décès, où figurent, suivant un ordre précis, une cause immédiate, une cause initiale et une ou plusieurs causes associées ayant contribués de manière indirecte au phénomène morbide.

Etant actuellement membre du conseil scientifique de l’INSP, c’est avec une grande satisfaction que nous avons constaté que l’institut a créé en 1995, une unité chargée du recueil et de l’analyse des causes de décès à l’échelle nationale et qu’il a démarré une formation des praticiens (du secteur public et également du secteur privé) à la certification du décès selon les règles précises de l'OMS. Cette formation qui s’est étalée tout au long des années 2005 et 2006 a intéressé pour l’année 2006, 641 médecins tant du secteur privé que du secteur public de 16 wilayas. La formation des médecins des wilayas restantes sera réalisé au cours de cette année 2007, voire également l’année 2008. Une réunion annuelle des superviseurs de chaque wilaya est programmée pour mars 2007, où une participation active de ces praticiens sera mise en place.

L’analyse du taux de déclaration de décès parvenu à l’INSP par rapport aux chiffres de décès global donné par l’Office National des Statistiques (ONS) montre que malgré une amélioration certaine, un grand effort reste à faire : entre 1995 et 2003, seuls 10 à 15 % de déclarations parvenaient à l’INSP ; en 2004 ce taux est passé à 25 % et à 29,5 % en 2005.

 

Taux de déclarations de décès parvenes à l'INSP par wilaya 2004-2005

 

Il faut signaler que certaines wilayates pourtant bien couverte médicalement signalent moins de 10 % des décès à l’INSP. Ces wilayas sont Bejaia, Tamanrasset, Tizi Ouzou, Skikda, Constantine, Mostaganem, Ouargla, Oran, El Tarf, Khenchela, Tipaza, Mila et Relizane. Enfin 3 wilayates sortent du lot en ne signalant aucun décès ! Il s’agit de Naâma, Témouchent et Ghardaïa.

Les Directions de la Santé de ces Wilayates (DSW) devraient absolument y remédier. Outre le taux de déclaration de décès, Il faut également noter le nombre élevé de certificats de décès où la cause exacte de décès n’est pas précisée et où seul la mort naturelle ou la mort suspecte sont mentionnées. Le chiffre, à l'échelle nationale, des causes mal définies représentait 28 % en 2005. Pour beaucoup de médecins, le certificat de décès est un document qui est permet avant tout à la famille l’inhumation du défunt.

 

répartition des décès par sexe

 

L’analyse statistique des données fournies par les certificats de décès, leur interprétation épidémiologique et leur exploitation est une source d’information sur l’état de santé de la population algérienne permettant la planification, la gestion et l’évaluation des services et des programmes de santé. Pour atteindre cet objectif, la coopération très active et continue de la part de tous les praticiens du secteur publique et privé est primordiale.

 

CIRCUIT DU CERTIFICAT DE DECES
Circuit du certificat de decès

 

 

 

par Larbi Abid le 16 janvier 2007

Valid HTML 4.01! Valid CSS!

NG COM Santé Tropicale
Copyright © 2007 NG COM Santé tropicale. Tous droits réservés.