Accès aux sites pays Santé Maghreb en Algérie ALGERIESanté Maghreb au Maroc MAROCSanté Maghreb en Tunisie TUNISIE



Dictionnaire Internet Africain des Médicaments (DIAM), ajoutez-le à vos applications favorites !


Suivez-nous


Affiche prévention Covid-19 Algérie


Vous souhaitez vous abonner à Médecine d'Afrique Noire, Médecine du Maghreb ou Odonto-Stomatologie tropicale ? Consulter des articles ? Rendez-vous sur le kiosque d'APIDPM - Plus d'informations


LE KIOSQUE APIDPM

Les numéros disponibles :

Médecine d'Afrique Noire
Juin 2020
Consulter la revue

Médecine du Maghreb
Archives
Consulter la revue

Odonto-Stomatologie Tropicale
Juin 2020
Consulter la revue


NEWSLETTER

Restez informés : recevez, chaque jeudi, la lettre d'informations de Santé Maghreb.

Inscriptions et désinscriptions


Revue de presse

Trier les actualités par :

Algérie Diagnostic de la Covid-19 : Les laboratoires d’analyses saturés

01/07/2020 | El Watan | Algérie | Lire l'article original

Les tests PCR sont le véritable talon d’Achille du secteur national de la santé, en butte au manque de réactifs. L’Institut Pasteur d’Algérie n’a, pour l’heure, réalisé que 100 000 tests, pour une population estimée à plus de 40 millions d’habitants.

L’Institut Pasteur d’Algérie (IPA) a réalisé près de 100 000 tests PCR depuis le début de l’épidémie. Actuellement, le laboratoire ainsi que les autres centres répartis sur le territoire national sont submergés suite à la multiplication des enquêtes épidémiologiques autour des cas positifs, notamment les cas contacts à travers les wilayas du pays où le virus est actif.

Les trois annexes de l’IPA et les centres de diagnostic au niveau des CHU et des universités connaissent une forte affluence ; des centaines voire de milliers de prélèvements sont acheminés ces derniers jours pour le diagnostic de la Covid-19 dont la majorité représente les cas contacts asymptomatiques.

« Ce qui ressemble à un dépistage de masse, alors nous n’avons pas les moyens de le faire. Ce qui va pénaliser le dépistage des cas positifs et accentuer la surcharge sur les hôpitaux et les laboratoires de diagnostic », déplore-t-on.

Vu la charge de travail qui s’abat sur ces centres dont les capacités et la cadence sont réduites, fait que les résultats ne sont communiqués que deux à trois jours plus tard voire plus dans certaines wilayas. Un retard qui implique automatiquement des cumuls sur le bilan quotidien des cas positifs symptomatiques confirmés.

Comme cela impacte directement la fluidité dans les lits d’hospitalisation dans les hôpitaux publics où les services Covid-19 sont actuellement saturés. « Les services sont aujourd’hui complets. Sur les 135 lits dédiés à la Covid-19 dans notre hôpital, 75 sont toujours occupés en attente des résultats des prélèvements pour pouvoir libérer ces lits. Les cas répondent à la définition de Covid-19 et ils sont symptomatiques.
On ne peut pas les libérer tant que les résultats de la PCR ne sont pas communiqués. En attendant, d’autres cas arrivent tous les jours. Nous avons une moyenne de trente à quarante personnes qui arrivent chez nous tous les jours. Dès que les résultats sont transmis, ces lits sont rapidement occupés
», signale le Dr Mohamed Yousfi, chef de service d’infectiologie à l’EPH de Boufarik.

Le CHU de Blida, de Beni Messous, de Mustapha Bacha, CHU Parnet pour ne citer que ceux-là connaissant la même situation depuis près de trois semaines. Interrogé à propos des retards dans la remise des résultats, le directeur de l’Institut Pasteur d’Algérie, Fawzi Derrar affirme que « les centres de diagnostic répartis sur le territoire national dont les annexes de l’IPA sont submergées ces dernières semaines avec la recrudescence de nouveaux cas de Covid-19 après l’Aïd El Fitr, suite aux regroupements familiaux lors des mariages et de fêtes.

A cela se sont ajoutés les cas suspects identifiés dans le cadre des enquêtes épidémiologiques dont la moitié sont asymptomatiques alors que l’instruction ministérielle n’autorise le prélèvement que pour les cas contacts symptomatiques », et d’expliquer que cette surcharge impacte sérieusement les délais des analyses et des résultats. « C’est ainsi que l’IPA s’est retrouvé à prendre en charge les analyses des échantillons pour toutes les wilayas concernées.
Nos équipes sont aujourd’hui au bout de l’épuisement. Elles travaillent 24H/24 et les week-ends. Actuellement, l’IPA réalise 2000 tests par jour. Il est normal d’avoir ce type de retard dans la remise des résultats vu les capacités et les moyens dont nous disposons. L’IPA accompagne aussi les autres centres qui viennent d’acquérir des machines PCR dans la formation.
Nous sommes actuellement dans une logique de préparation à tous les scénarios possibles puisque ce virus peut frapper à tout moment avec de nouvelles vagues de recrudescence
», a-t-il précisé et de signaler que « l’augmentation de la cadence nécessite des investissements supplémentaires dans les équipements.

Nous attendons justement l’acquisition de la nouvelle machine pour l’IPA », a t-il dit et de signaler que l’IPA dispose d’un stock de 60 000 tests PCR et de 200 000 kits de prélèvement. Pour le Dr Derrar, l’Institut Pasteur est à l’écoute de tous les autres centres de dépistage, qu’ils soient dans les CHU ou dans les universités.
« Nous les accompagnons dans toute la démarche pour le diagnostic de la Covid-19 et nous les dépannons lorsqu’ils sont en rupture de réactifs, mais l’IPA n’a pas vocation à fournir continuellement les consommables à ces centres. Les responsables des structures ainsi que les autorités sanitaires locales doivent s’impliquer pour aider ces centres dont les compétences sont à saluer », a-t -il ajouté.

Il est à signaler que les enquêtes épidémiologiques ont été lancées dès le début de l’épidémie dans la wilaya de Blida où les premiers cas de Covid-19 ont été enregistrés et dans d’autres wilayas du pays. Elles se sont intensifiées avec l’apparition des foyers épidémiques dans certaines wilayas du pays telles que Sétif, Oran, Constantine, Alger et Blida.

Ces localités, considérées désormais comme étant à forte cas de contamination, s’attellent à circonscrire les foyers et casser la chaîne de contamination selon les recommandations du conseil scientifique du suivi et de l’évolution de la pandémie ainsi que les dernières instructions du Premier ministère dont les enquêtes épidémiologiques à la recherche des cas contacts autour des cas positifs.
La cellule de suivi des études épidémiologiques sillonne depuis la semaine dernières les wilayas concernées. Après Sétif qui a réalisé 2000 enquêtes épidémiologiques depuis le début de l’épidémie, les responsables de la cellule se sont rendus hier à Oran dont le nombre de cas cumulés à ce jour est de 1523 cas confirmés, pour évaluation de la situation.

Selon le chargé de la prévention au niveau de la direction de la santé d’Oran M. Boukhari, 6133 enquêtes épidémiologiques ont été effectuées par les services d’épidémiologie et de médecine préventive Semep de la wilaya. « Des foyers d’infection sont détectés dans certains quartiers de la wilaya. Les enquêtes épidémiologiques sont toujours en cours avec une surveillance épidémiologique très rigoureuse.
Nous travaillons avec le mouvement associatif pour arriver à sensibiliser plus de personnes sur les dangers et les moyens de protection contre ce virus
», a-t-il expliqué et de préciser que toutes ces données sont transmises aux autorités locales qui sont habilitées à prendre les décisions qui s’imposent.

Djamila Kourta

Toute l'actualité


CONTACTEZ-NOUS

Adresse

  • Espace Santé 3
    521, avenue de Rome
    83500 La Seyne sur mer - France

Téléphone

  • +33 4 94 63 24 99

Contactez-nous


APIDPM

Qui sommes-nous ?

CARTE DU SITE

Actualités

Bibliothèque

Multimedia

Web médical


Site éditeur :

Valid XHTML 1.0 Strict CSS Valide !